Zoom sur la microfinance au Cambodge

La microfinance au CambodgeLes institutions financières, comme les banques, sont vitales pour la création, la collecte et la gestion de la monnaie d’un pays. Au Cambodge, le secteur de la microfinance agit comme un système bancaire pour de nombreuses personnes, avec environ 160 000 succursales à travers le Cambodge en 2016. Sur les 10 millions de personnes au Cambodge, un peu plus d’une personne sur cinq a contracté une sorte de microcrédit. Les prêts moyens sont plus du double du PIB annuel moyen du pays par personne. La microfinance au Cambodge a le potentiel d’aider les personnes qui tentent de survivre à la pandémie de COVID-19 et d’éviter la pauvreté, mais cela ne va pas sans conséquences.

Le boom de la microfinance

Au Cambodge, les usuriers prédateurs avec des taux exorbitants étaient la norme jusqu’à ce que la microfinance prenne de l’importance. La microfinance offrait des taux d’intérêt plus bas et orientait les résidents vers des institutions de prêt d’argent plus formelles. Les institutions de microfinance ont permis aux gens de sortir de la pauvreté parce que les gens peuvent créer des entreprises, financer leur éducation et payer les soins de santé d’urgence. L’Association cambodgienne de microfinance (CMA) voit un lien clair entre l’accès au crédit et la réduction des niveaux de pauvreté. Les avantages de la microfinance aident le Cambodge à se développer et à se développer économiquement. Par exemple, pour les agriculteurs qui seraient généralement incapables d’accéder à des équipements agricoles améliorés, la microfinance au Cambodge signifie maintenir un moyen de subsistance.

L’impact du COVID-19

Le boom du crédit au Cambodge n’est pas resté sans conséquences. Premièrement, la taille de l’endettement des ménages a explosé. L’emprunteur moyen de microcrédit au Cambodge a une dette de 3 800 $, la plus élevée au monde. Le FMI et la Banque mondiale ont averti qu’une industrie de la microfinance mal réglementée peut pousser les Cambodgiens à s’endetter davantage et à sombrer davantage dans la pauvreté. En 2017, lorsque le gouvernement cambodgien a répondu par des politiques de plafonnement des taux d’intérêt, les institutions de microfinance, à leur tour, ont récolté plus d’argent grâce à l’augmentation des frais de prêt. En raison de la pauvreté provoquée par COVID-19, la crise de la dette au Cambodge a explosé. L’AMC rapporte qu’en mars 2020, en réponse aux impacts de la pandémie, les remboursements ont été suspendus pour environ 25 000 personnes et environ 25 000 prêts ont été restructurés pour atténuer les pressions financières.

Les perspectives de Human Rights Watch

Malgré certaines procédures d’allégement de la dette pendant COVID-19, de nombreuses familles cambodgiennes sont encore poussées au bord de la vente de leurs maisons et de leurs terres afin de rembourser leurs dettes. Le gouvernement cambodgien a reçu des critiques pour ne pas en faire assez pour aider les Cambodgiens endettés. Human Rights Watch (HRW) a recommandé au Cambodge de « suspendre de toute urgence le recouvrement des créances et les intérêts courus pour les emprunteurs de micro-prêts qui ne sont plus en mesure de rembourser leurs dettes en raison de la pandémie de COVID-19 ».

Selon Phil Robertson, directeur adjoint de la division Asie de HRW, « De nombreux Cambodgiens craignent plus de perdre leurs terres que d’attraper le nouveau coronavirus, car ils ne peuvent pas rembourser leurs prêts et le gouvernement n’a pas fait grand-chose pour les aider. Lorsque la garantie foncière dépouille les Cambodgiens de leurs maisons, leur capacité à sortir de la pauvreté est gravement menacée. L’industrie de la microfinance mal réglementée au Cambodge risque de devenir une catastrophe en raison des effets durables de la pandémie et du peu d’action du gouvernement.

La voie à suivre

Hun Sen, le Premier ministre du Cambodge, reste optimiste quant à l’avenir de la microfinance dans le pays. En juin 2020, Sen s’est engagé à consacrer environ 25 millions de dollars par mois pour aider environ 600 000 familles endettées et appauvries au Cambodge. La Banque nationale du Cambodge a appelé les établissements de crédit à restructurer ou à différer le remboursement des prêts pour les personnes en difficulté économique. HRW estime qu’il faut faire davantage et a fourni des lignes directrices à cet égard, combinées à un suivi étroit de la situation.

– Alex Pinamang
Photo : Flickr

Source
Date de publication : 2021-06-26 21:31:50