Vontobel – Votre guide de l’investissement d’impact – PATRIMOINE24

Les catalogues des gestionnaires d’actifs regorgent de produits dits durables, ce qui est une bonne chose. Si l’on en croit les taux de croissance époustouflants de ce segment des marchés actions, les investisseurs se jettent actuellement sur tout ce qui est considéré comme « vert ». On peut comprendre un tel enthousiasme. Qui ne serait pas tenté par un investissement qui promet des performances tout en donnant bonne conscience ?


 

En raison de la popularité croissance de ce sous-segment, une multitude de projets arborant fièrement l’étiquette « durabilité » a vu le jour. Malgré les efforts déployés pour aider les investisseurs à discerner les offres réellement « vertes », notamment en Europe,1 les concepts et termes liés à l’investissement durable s’apparentent parfois à une jungle impénétrable. Par exemple, qu’est-ce qui distingue exactement la microfinance des investissements d’impact dans les marchés publics étant donné qu’ils ont pour objectif commun de générer des effets bénéfiques ? Dans ce cas, la réponse est certes relativement simple : la première catégorie est caractérisée par des projets spécifiques souvent financés par des fonds privés tandis que la seconde cherche à avoir un impact au travers d’actions cotées. Néanmoins, peu de gens disposent du temps ou des ressources nécessaires pour analyser dans le détail les prospectus d’investissement, les participations des fonds et les historiques de vote afin de comprendre précisément toutes les différences. Les gestionnaires d’actifs doivent faire preuve de davantage de transparence et améliorer la communication sur ce qu’ils font.

L’investissement d’impact, une mécanique de précision

Par définition, les investisseurs d’impact doivent rechercher un double dividende à savoir des performances financières et des bénéfices sociaux et environnementaux. La plupart des gestionnaires d’actifs sont heureux d’offrir une porte d’accès à ce marché. Ils ne tiennent cependant pas tous leurs promesses de performances associées à un bénéfice environnemental. Plusieurs voix critiques ont signalé que les belles promesses de certains gestionnaires d’actifs ne se concrétisent pas.2 Il faut donc faire preuve d’une grande précision pour que l’investissement d’impact joigne la parole aux actes en matière d’écologie et puisse échapper à tout soupçon de « greenwashing ».3

Comment fonctionne l’investissement d’impact ?

Les premières étapes que suivent les investisseurs d’impact les conduisent généralement vers les 17 objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Si ces objectifs peuvent sembler vagues (« Villes et communautés durables », « Action climatique »), ils décrivent les défis mondiaux les plus urgents à relever. Des centaines de sociétés conçoivent ainsi les produits et services nécessaires pour contribuer à atteindre certains de ces ODD et leurs actions occupent une place de choix dans un portefeuille d’impact.

Et ensuite ? Des directives ont été rédigées et constituent une base solide sur laquelle les investisseurs en quête d’impact peuvent s’appuyer. Le Global Impact Investing Network (GIIN) et la Société financière internationale (IFC) – la division de la Banque mondiale consacrée aux investissements – ont créé les principes, largement similaires, suivants.Et ensuite ? Des directives ont été rédigées et constituent une base solide sur laquelle les investisseurs en quête d’impact peuvent s’appuyer. Le Global Impact Investing Network (GIIN)4 et la Société financière internationale (IFC)5 – la division de la Banque mondiale consacrée aux investissements – ont créé les principes, largement similaires, suivants.

  1. Intentionnalité de l’investissement d’impact

    Le processus d’investissement commence par définir des objectifs d’impact au sein des impacts positifs souhaités sur les plans social et environnemental, qui correspondent à certains des 17 ODD de l’ONU ou à d’autres objectifs largement reconnus.

  2. Recherche de performances financières

    Outre le fait d’obtenir les effets désirés, les investisseurs d’impact cherchent à tirer une performance financière de leur capital, qui peut aller au minimum d’un taux de marché à un taux du marché ajusté du risque. Il s’agit de différencier l’investissement d’impact de la philanthropie, qui repose uniquement sur le changement social ou environnemental et non pas sur la performance financière.

  3. Investissements dans différentes classes d’actifs

    Il existe un grand nombre d’opportunités à travers de nombreuses classes d’actifs, qui s’étendent du capital-investissement et de la dette privée aux actions cotées et aux obligations vertes.

  4. Gestion et mesure de l’impact

    Il convient de définir des indicateurs en fonction des intentions visées, puis de mesurer les effets de chaque investissement et de communiquer les résultats.

L’effet indirect de l’investissement d’impact

L’investissement en actions cotées dans le but de générer un changement environnemental et/ou social est une approche indirecte qui n’a pas l’effet immédiat ou « l’additionnalité » qu’offrent des investissements dans des projets spécifiques ou la microfinance. C’est aussi pour cela que certains groupes de défense des investisseurs ont quelques problèmes avec le concept général de l’investissement d’impact. Même s’il n’existe pas de relation directe entre l’investissement et l’effet, nous estimons tout de même que les résultats peuvent être convaincants.

Nous appelons cela un modèle en deux temps. Dans un premier temps, un investisseur d’impact influence une société cotée au travers d’un engagement et d’une allocation de capital. Au bout du compte, ces sociétés peuvent ainsi bénéficier d’une réduction de leurs coûts de financement. Dans un second temps, les sociétés peuvent accélérer l’expansion de la partie de leurs activités qui affiche un impact supérieur, ce qui renforce les effets bénéfiques de leurs produits et services sur l’environnement et la société.

2021-08-19_TI_Your-guide-to-impact-investing_figure1_fr


 

Affiner vos objectifs d’impact

Une fois lancé sur le chemin de l’investissement durable, vous souhaiterez tôt ou tard définir votre propre cap. Pour cela, vous pouvez créer votre propre ensemble d’objectifs, qui répondent aux défis mondiaux les plus importants pour vous. Dans notre cas, nous avons décidé de nous concentrer sur huit « piliers d’impact » correspondant selon nous aux problèmes que l’humanité doit résoudre au plus vite et pour lesquels nos investissements peuvent permettre un réel changement. Ces huit piliers sont l’épuisement des ressources, l’augmentation du niveau de pollution, le changement climatique, les problèmes mondiaux liés à l’eau, le vieillissement de la population, les problèmes de santé, les questions liées à distribution alimentaire et l’accroissement des inégalités. Ils contribuent également à atteindre certains ODD plus généraux de l’ONU (voir le graphique ci-dessous).

2021-08-19_TI_Your-guide-to-impact-investing_figure2_fr


 

Ce qui est mesuré est mis en œuvre

La dernière étape du processus d’investissement est peut-être la plus importante. Il est inutile de chercher à convaincre qui que ce soit de l’originalité de votre approche si vous n’avez aucun résultat à présenter. Il est donc essentiel de définir des indicateurs clés de performance (KPI) et de suivre leur évolution. Plus vos résultats sont bons et votre suivi rigoureux, plus votre offre sera crédible. Nous estimons que les mesures doivent être cohérentes avec des critères mondiaux tels qu’ils sont définis par IRIS+, un système reconnu à l’échelle internationale qui fournit des indicateurs d’impact standardisés. IRIS+ est le système de comptabilisation des impacts généralement admis du GIIN, utilisé par les principaux investisseurs d’impact pour mesurer et gérer leur impact. Le cadre d’IRIS+ garantit un niveau raisonnable de cohérence dans les affirmations d’impact et le reporting. Le graphique suivant montre une vue d’ensemble de nos KPI.

2021-08-19_TI_Your-guide-to-impact-investing_figure3_fr


 

Dans un monde qui doit relever de nombreux défis en matière de durabilité, nous pensons que les investisseurs doivent tabler sur des stratégies qui offrent à la fois des performances « vertes » et des performances d’investissement mesurables. Nous sommes par ailleurs convaincus que l’investissement dans ce type de stratégie est plus efficace à long terme qu’un placement dans une action « verte » individuelle.

Consulter le livre blanc complet sur l’investissement d’impact :
Votre argent compte – créer un impact grâce aux marchés boursiers

 

Par Pascal Dudle, Head of Listed Impact, Portfolio Manager, Elena Tedesco, Portfolio Manager et Matthias Fawer, Analyst ESG & Impact Assessment.

 

References

1. Le récent Règlement de l’UE sur la publication d’informations en matière de durabilité dans le secteur des services financiers (SFDR) exige davantage de transparence de la part des acteurs des marchés financiers et des conseillers financiers lors de la promotion de produits financiers qui s’appuient sur des critères de durabilité ou qui poursuivent des objectifs durables. Les gestionnaires d’actifs axés sur l’investissement d’impact vont eux aussi devoir fournir des détails sur les politiques et les objectifs liés à leurs processus d’investissement et indiquer comment leurs produits parviennent effectivement à tenir leurs promesses.
2. L’efficacité de l’approche de l’investissement d’impact est régulièrement remise en cause. Par exemple, le grand quotidien suisse Neue Zürcher Zeitung a récemment mis en doute l’effet positif supplémentaire de la détention d’une action « durable » par des gestionnaires d’actifs qui se concentrent sur l’investissement d’impact par rapport à la participation directe d’un investisseur particulier. Voir « Greenwashing wird für Anleger zunehmen zum Ärgernis », Neue Zürcher Zeitung, 19 juillet 2021.
3. La BaFin, l’autorité de réglementation allemande, a récemment abordé le problème du « greenwashing ». Dans sa publication 13/2021, elle a, par exemple, précisé les limites maximales de part de chiffre d’affaires issue de l’extraction du charbon imposées aux sociétés détenues dans les portefeuille « verts » des gestionnaires d’actifs.
4. Le Global Impact Investing Network (Réseau mondial de l’investissement d’impact), un forum destiné aux investisseurs d’impact, cherche à faciliter l’échange des meilleures pratiques entre ses membres et met en valeur des approches d’investissement innovantes. Le GIIN propose également des outils et statistiques sur l’investissement d’impact.
5. IFC, « Investir pour avoir un impact : Principes opérationnels pour la gestion de l’impact », 2019

 

 

logo vontobel

 

Pour accéder au site, cliquez ICI.

Source
Date de publication : 2021-08-23 13:28:55