Renforcer l’électrification rurale grâce au financement solaire – Microfinance

Les communautés rurales des pays en développement n’ont pas accès aux formes modernes d’énergie. Le financement de la Banque mondiale par le biais des gouvernements et des banques villageoises locales constitue un très bon réseau pour atteindre les personnes qui ont besoin de prêts pour acheter des systèmes d’énergie renouvelable.

Malgré les progrès technologiques et la réduction du coût des systèmes solaires par pic de watt, le revenu disponible des communautés rurales ne les laisserait pas acheter ces systèmes. D’un autre côté, les sociétés de vente d’énergie renouvelable n’avaient pas la capacité de prêter des systèmes à leurs clients en raison des problèmes de trésorerie limités auxquels elles sont confrontées. Ces sociétés n’ont pas non plus de mécanisme de recouvrement des prêts en place pour assurer le paiement approprié des systèmes installés. Le résultat a donc été que l’électrification rurale n’était pas possible.

Désormais, les habitants de la communauté rurale peuvent se rendre dans leurs banques locales ou leurs micro-banques villageoises, demander un prêt solaire et élaborer des plans de paiement adaptés à leurs revenus individuels, qui peuvent être facilement vérifiés par le personnel des institutions de microfinance. Ensuite, l’institution de microfinance signera un accord avec l’agence d’électrification rurale du gouvernement (REA) et la société de vente. L’institution de microfinance passera une commande à la société distributrice pour le nombre total de systèmes requis par ses membres. Et la société distributrice ira de l’avant pour fournir et installer des systèmes solaires pour les clients identifiés.

Rôles des 3 partis

1. REA, pour assurer la qualité du système fourni par le vendeur et pour effectuer un audit énergétique sur chaque système et pour donner au gouvernement un sous-jour sur la réussite de la tâche à la société de vente.

2. SACCO, pour identifier le client utilisateur final qui a besoin d’un système solaire, s’assurer de sa capacité à payer le prêt, prolonger le prêt et s’assurer qu’il reçoit un système solaire de qualité. Identifier les sociétés de vente solaire appropriées.

3. Société de distribution solaire, pour assurer un approvisionnement de qualité du système solaire, l’installer et le voir en bon état de fonctionnement et récupérer le paiement des saccos et du subsdy du gouvernement après une installation réussie.

La communauté rurale sera desservie par les systèmes solaires domestiques (SHS). Mais chacun des SACCO peut avoir un système d’alimentation renouvelable du village, hors réseau, qui peut alimenter tout le village.

Les avantages suivants peuvent être obtenus à partir d’un tel système.

1. Projets communautaires tels que pompage d’eau, salle communautaire, télécentre, centres de santé, cybercafé, etc.

2. L’électricité excédentaire est vendue au réseau national si le système d’énergie renouvelable est à proximité du réseau.

3. Une meilleure sécurité pour l’alimentation

4. Petite usine et équipement de transformation au profit du village et comme activité génératrice d’argent.

5. Générateur de biocarburant, poêle de cuisson à biocarburant. La lanterne et la fabrication de savon à partir de glycérol serviront de stimulant pour les gens à cultiver le jatropha comme culture de biocarburant.

Production de biocarburants – Utilisation de Jatropha La nouvelle génération de carburant durable.

Qu’est-ce que le bio-diesel?

Alors que la volatilité du Moyen-Orient continue d’affecter l’approvisionnement mondial en pétrole, des pays comme l’Ouganda chocking sur les coûts d’importation de pétrole lourd. Les prix du pétrole fossile ont atteint 100 $, ce qui se combine avec le taux de change erratique et croissant (au cours du mois le plus élevé, cela se traduit par Sh230, 000) par baril cette année et devrait atteindre la barre des 150 $ (Sh345, 000) en deux ans.

Les prix du pétrole toujours croissants et irréguliers et la volatilité du dollar poussent de nombreux pays à rechercher des alternatives pour atteindre l’indépendance énergétique. Cela a intensifié la recherche et stimulé le développement des biocarburants comme alternative énergétique la plus fiable.

La production de biodiesel à partir de Jatropha Carcus, communément appelée «Ekiloowa», présente de nombreux avantages. Ekiloowa est bien connu en Ouganda et est couramment utilisé comme support pour les vignes de vanille et parfois comme haie.

Le jatropha, une plante vivace résistante à la sécheresse avec une durée de vie de plus de 40 ans, est membre de la famille Europhobiaceace. Ses graines peuvent produire environ 37% d’huile non comestible.

Un kilogramme de graines produit 200 ml d’huile. Chaque arbre peut porter un an et demi kilogrammes de graines par an au début et en grandissant, il peut produire jusqu’à 6 kg. Sur un terrain d’un hectare, vous pouvez planter 1000 espaces d’arbres de jatropha à 2 mètres d’intervalle.

Le marché mondial du biodiesel devrait atteindre 37 milliards de gallons d’ici 2016, avec une croissance annuelle moyenne de 42%.

Lankveld a déclaré que le développement des biocarburants offre la réponse la plus immédiate et la plus viable aux économies émergentes sous les tropiques pour produire et approvisionner le marché mondial de l’énergie et réduire les émissions de dioxyde de carbone dans le cadre de la lutte contre le changement climatique.

Notre entreprise a mis en place un projet de démonstration sur les rives du lac Victoria. Il fournira des produits d’énergie renouvelable et transformera des biocarburants.

L’entreprise ne dépendra pas de nouvelles plantations pour s’approvisionner en matières premières. Au lieu de cela, il commencera par acheter des noix de Jatropha déjà disponibles dans les usines existantes. Cette année, il a l’intention de collecter environ 10 000 kg de semences auprès des producteurs de vanille des districts de Mukono, Kayunga, Jinja, Iganga, Kamuli et Bugiri, dont il attend pour extraire 3 300 litres de pétrole … L’entreprise va également planter environ 40 hectares (environ 60 000 arbres) de jatropha dans une nouvelle ferme que nous avons acquise.

Le projet fournira également aux agriculteurs des semences de jatropha de haute qualité pour augmenter la production agricole à l’avenir. Plutôt que de mettre en place de grandes plantations, l’entreprise promeut le jatropha comme moyen de diversification pour les agriculteurs, encourage son intégration aux côtés du mil, du sorgho ou du maïs et ravive ceux qui l’avaient abandonné en raison des déceptions du marché de la vanille et l’utilisant comme matériau de clôture pour leurs fermes.

Nous croyons aux usines de traitement de biodiesel décentralisées à petite échelle, où il existe une production locale de noix de jatropha pour minimiser le transport. Nous pensons également que la vente de réchauds à huile végétale encouragera les agriculteurs locaux à cultiver du jatropha et d’autres cultures oléagineuses principalement comme source de combustible pour leur cuisine et plus tard comme entreprise commerciale commerciale. nous leur vendrons également de petits moulins à huile afin qu’ils puissent extraire leur propre huile pour un usage domestique.

Les premiers essais de la société ougandaise d’électronique et d’informatique ltd, des petites usines d’énergie renouvelable hors réseau et de biodiesel auront lieu en novembre 2010. Cependant, à partir d’octobre, nous organisons des séminaires de sensibilisation dans 3 districts, collectant des semences, vendant des poêles et transformant de l’huile.

Le journaliste spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation a récemment recommandé le jatropha comme culture de biocarburants pour les pays en développement. Le jatropha a été recommandé en raison de sa forte teneur en huile non comestible, de sa période de gestation et de sa capacité à pousser sur des sols dégradés.

Il est nécessaire que les pays en développement investissent dans la production de biocarburants, car avec le changement climatique, les politiques énergétiques mondiales ne manqueront pas de changer pour le pire.

L’Ouganda peut exceller dans la production de biodiesel, car la majorité de la population tire ses revenus de l’agriculture. Le jatropha offre un énorme potentiel pour réduire la pauvreté et améliorer la santé. Un agriculteur peut gagner jusqu’à 250 $ (sh427, 500) par an à partir d’une haie de jatropha de 1 km.

Potentiel à long terme

S’exprimant sur le potentiel à long terme du biodiesel, les réalités des marchés du biodiesel, un plan d’affaires fructueux pour le biodiesel commence par une stratégie efficace de matière première dont découle la conception des processus. Pour faire du biodiesel une opportunité commerciale à long terme, il faut prêter attention à la question critique de la disponibilité de la bonne matière première au juste prix.

Le jatropha sera une vaste source de biocarburants et une clé pour réduire notre dépendance aux combustibles fossiles. Le jatropha peut apporter des avantages environnementaux importants. Il peut remplacer le carburéacteur et le carburant fossile des sociétés pétrolières sans interférer avec les cultures vivrières ni conduire au défrichement des forêts. La bonne chose à propos du jatropha est que vous produisez un arbuste qui vit longtemps et fait son travail. Produire du pétrole tout en séquestrant également beaucoup de carbone de l’atmosphère. Le jatropha est une culture polyvalente pour atténuer la dégradation des sols, la désertification et la déforestation, qui peut être utilisée pour la bioénergie pour remplacer le diesel, le bois de chauffage et pour la production de savon et la protection climatique et mérite donc une attention particulière. Le jatropha peut aider à augmenter les revenus ruraux, l’autosuffisance et à réduire la pauvreté.