Promouvoir l’épargne par le biais de solutions digitales : l’exemple de RENACA-Bénin

Portail FinDev est partenaire de la Semaine Européenne de la Microfinance 2020 organisée par e-MFP, qui s’est déroulée du 18 au 20 novembre 2020. RENACA-Bénin fait partie des finalistes du Prix européen de la microfinance 2020 “Encourager une épargne efficace et inclusive”.

Finaliste du Prix européen de la microfinance 2020, RENACA-Bénin (RENACA) est une union de coopératives béninoises qui fonctionne au travers d’un réseau de 8 agences et de 25 sous-agences. Elle compte parmi les 12 plus grandes SFD (sociétés financières décentralisées) du Bénin. En 2019, les 247 salariés du RENACA desservaient plus de 150 000 clients et plus de 12 000 caisses d’épargne, pour un total de 7,5 millions d’euros de dépôts. L’initiative d’épargne du RENACA se concentre sur la collecte de l’épargne locale sur le pas de la porte, par le biais d’une large gamme de produits (modèles sur le pas de la porte du style tontine, dépôts à terme et dépôts à vue), et sur la promotion de l’épargne par le biais de caisses d’épargne et de crédit communautaires. Cette initiative s’appuie sur une application mobile et des tablettes pour assurer la sécurité et la fiabilité des transactions avec les clients.

 

Portail FinDev : Dans quel contexte RENACA-Bénin a été créé ?

Dieudonné Gnanvo : Le Réseau National des Caisses Villageoises d’Epargne et de Crédit Autogérées du Bénin (RENACA-Bénin) est l’aboutissement d’un long processus de transformation institutionnelle du système traditionnel de collecte de l’épargne mis en place par l’ONG CBDIBA dans les années 90, qui s’est structurée pour devenir un instrument financier au service des populations.

Depuis la naissance des premières Caisses Villageoises d’Epargne et de Crédit Autogérées (CAVECA) en 1994, le Réseau a connu une évolution croissante, avec des difficultés techniques et institutionnelles.

Trois principales phases caractérisent l’histoire du RENACA-Bénin à savoir :

  • La phase de création et d’accompagnement des premières CAVECA par le CBDIBA-ONG (1994-2002) ;
  • La phase de restructuration (2003-2005), où les CAVECA ont été appuyées par le Centre de Promotion et d’Appui à la microfinance (CEPAM) qui est un service spécialisé mis en place par le CBDIBA pour restructurer les caisses et créer le Réseau National des CAVECA en Novembre 2005 ;
  • La phase de professionnalisation et de consolidation des acquis (à partir de 2006).

Notre mission principale pour notre plan d’affaire 2021-2024 est d’offrir durablement des services financiers et non financiers de qualité aux populations vulnérables, notamment rurales, en vue de l’autosatisfaction de leurs besoins.

Notre mission principale pour notre plan d’affaire 2021-2024 est d’offrir durablement des services financiers et non financiers de qualité aux populations vulnérables, notamment rurales en vue de l’autosatisfaction de leurs besoins.

Dieudonné Gnanvo, RENACA-Bénin

Portail FinDev : Qui sont les clients servis par RENACA-Bénin ?

Dieudonné Gnanvo : RENACA-Bénin sert des clients variés, y compris :

  • Toute personne exerçant une activité génératrice de revenus à moindre risque, rentable et licite, notamment les MPME (Micro Petites et Moyennes Entreprises), les Groupes Solidaires, les Groupements et Structures Spécialisées et le personnel des administrations publiques et privées).
  • Toute personne pauvre et économiquement active, en particulier celle vivant en milieu rural.

Portail FinDev : Quelles solutions digitales avez-vous mises en place pour servir ces clients ?

Dieudonné Gnanvo : S’inscrivant dans une logique de mieux servir ses clients et de participer activement à l’inclusion financière des populations les plus fragiles, RENACA a lancé en 2016, avec l’appui  financier et technique de ses partenaires, sa transformation digitale autour de 3 grandes phases:

  • Mise en place d’une solution digitale sur Tablettes / POS
  • Mise en place d’une solution digitale de Bank to wallet / Wallet to bank
  • Mise en place d’une solution digitale de réseau d’agent tiers

A ce jour, l’expérience de RENACA en matière de finance digitale porte sur la phase 1 du projet : mise en place d’une solution digitale sur Tablettes / POS. Elle consiste en la mise en place d’un modèle d’Agents de Promotion de l’Epargne itinérants munis d’une application mobile sur Tablettes ou POS (Point of sales) pour digitaliser les transactions financières des clients sur le terrain.

L’application mobile développée pour RENACA permet d’effectuer sur le terrain les opérations suivantes :

  • Opérations ordinaires : création de compte, dépôt, retrait, consultation ;
  • Opérations liées à la tontine ;
  • Opérations de crédit : demande, remboursement et consultation ;
  • Envoi de SMS de confirmation au client suite à la réalisation d’une opération ;
  • Edition immédiate d’un reçu suite à une opération.

Cette solution fonctionne :

  • En mode online, connecté en temps réel au SIG, lorsqu’un accès à Internet est possible dans la zone d’utilisation ;
  • En mode offline, ou asynchrone, lorsque la zone d’utilisation n’est pas couverte par Internet. Dans ce cas, les données des clients sont chargées sur la tablette ou le POS en amont par  l’Agent de Promotion de l’Epargne qui fera la synchronisation avec le serveur de données  de retour en agence ou dès qu’une connexion Internet devient disponible.

Portail FinDev : Comment avez-vous formé vos agents à ces prestations financières innovantes ?

Dieudonné Gnanvo : Plusieurs thématiques de formations sont animées au profit des collectrices pour leur permettre de cerner les contours du métier. Il s’agit de : (i) gestion de la clientèle (ii), importance et gestion de l’épargne (iii), principes de protection des clients et éducation financière (iv), techniques de prospection (v), techniques et outils de collecte (vi), grille tarifaire et procédures (vii), l’application métier Perfect V.6 (viii), télécollecte et utilisation des smartphones (ix).

Ces formations très participatives sont animées par des professionnels et/ou des cabinets d’expertises (MicroSave Consulting, PHB, ADA, etc.) avec l’appui des partenaires (PAMIGA, ADAPAMI, ADA, etc.) et sont séquencées en phases théorique et pratique, assorties d’immersions en milieu réel où l’opportunité est donnée aux participants de mettre en évidence les leçons apprises.

Crédit photo : RENACA Bénin
Crédit photo : RENACA Bénin

Portail FinDev : Comment les agents collectent l’épargne auprès des clients ?

Dieudonné Gnanvo : Chaque collectrice couvre une zone géographique bien délimitée et s’y rend toujours munie du kit de collecte comprenant un smartphone et divers matériels (livrets neufs, stylo, cachets, carnet de reçu, détecteurs de faux billets, etc). La collecte se réalise au domicile ou lieu d’activité du souscripteur, suivant le protocole d’entente entre les deux parties. Au départ, les jours et heures de collecte sont bien définis, mais avec la familiarité, la fréquence de passage peut changer sans affecter le montant de collecte globale prévu sur une même période. Cette entente limite le nombre de passages et permet aux collectrices de ratisser largement surtout que le nombre de souscripteurs ne cesse de grandir chaque jour.

Une fois sur le lieu, la collectrice reçoit le livret de l’épargnant, saisie le code adhérant du souscripteur pour confirmation automatique de l’identité du souscripteur ; reçoit la mise, vérifie l’authenticité des billets, encode le montant reçu, valide l’opération et remet le livret et le reçu généré à ce dernier, après inscription du montant dans le livret. Si tout se déroule dans les conditions normales, il faut 30 à 40 secondes en moyenne pour effectuer toutes ces opérations.

Portail FinDev : Sur quoi repose le succès de ces solutions d’épargne ? En quoi répondent-elles aux besoins de vos clients cibles ?

Dieudonné Gnanvo : Le succès de nos solutions d’épargne repose sur plusieurs aspects. 

  • Proximité : le service est proposé aux clients à leur domicile ou lieu d’activités, ce qui leur permet d’épargner sans difficulté. Cette proximité offre des coûts d’opportunité aux clients qui ne sont plus obligés de faire des déplacements coûteux vers les guichets, avec les risques de trajet, de temps et d’affaires.
  • Coût : RENACA propose la meilleure offre en termes de frais de livret (à 0,46 € par an, contre un minimum de 2€ pour les concurrents), de commissions (0,38 à 7,62€ contre 0,76 à 152€ pour la concurrence), ainsi que des modalités de paiement plus souples (paiement sur site des clients désireux).
  • Accessibilité : le service est ouvert à toute personne sans distinction de sexe, de religion ou de sensibilité politique. La proximité est un avantage, rend permanent le service et réduit les coûts d’au moins 2,5€ pour un souscripteur se trouvant à 10 km d’un guichet.
  • Sécurité : l’introduction progressive de tablettes barre le chemin à la tricherie, facilite la délivrance de reçu automatique et l’interaction avec les bases de données, rassure les clients et renforce la confiance.
  • Rapidité : l’innovation favorise le gain de temps (30 secondes au plus par opération contre 120 précédemment)
  • Fiabilité : sauf mauvais encodage, le risque d’erreur est réduit à plus de 95%.
  • Flexibilité : les souscripteurs n’ayant pas cotisé sur toute la durée d’un cycle ne paient que la moitié de la commission, ce qui n’est pas le cas ailleurs.
  • Adossement des cotisations au remboursement des créances : les souscripteurs ayant bénéficié de prêts peuvent adosser les remboursements des échéances au montant collecté périodiquement.

L’introduction progressive de tablettes barre le chemin à la tricherie, facilite la délivrance de reçu automatique et l’interaction avec les bases de données, rassure les clients et renforce la confiance.

Dieudonné Gnanvo, RENACA-Bénin

Portail FinDev : Quels sont les principaux défis auxquels vous avez été confrontés lors de l’implémentation de ces solutions digitales ?

Dieudonné Gnanvo : Nous avons été confrontés à certains défis, dont notamment : 

  • La collecte manuelle avec ses risques : au démarrage du programme, nous avons utilisé abondamment des supports manuels avec des erreurs d’encodage, de manipulation des données et de pertes…
  • L’interconnexion et la fusion des bases de données, qui requièrent des investissements lourds sans lesquels la télé collecte ne saurait se réaliser.
  • La formation des agents et leur suivi : l’appropriation des outils modernes n’était pas évidente au départ pour les utilisateurs.
  • Les craintes des clients : la fiabilité de l’outil, la possibilité de manipulation des données et la sécurité de leurs données personnelles.

Portail FinDev : Vos opérations ont-elles été impactées par le COVID-19 ?

Dieudonné Gnanvo : En partie oui, parce que certains clients sont réticents à venir dans les guichets. Mais l’impact est faible en raison du dispositif de collecte qui fait porter les collectrices vers les épargnants, c’est pourquoi les dépôts n’ont pas décru pendant cette période.

Portail FinDev : Comment avez-vous sensibilisé vos clients à la valeur d’une épargne régulière ?

Dieudonné Gnanvo : A travers des séances d’animation hebdomadaires au cours desquelles nous attirons l’attention sur les avantages à épargner quel que soit le niveau de revenu dont on dispose, l’accessibilité aux autres services et les risques à garder l’argent au domicile.

De même, les communautés sont informées sur les avantages comparatifs de notre produit ainsi que sur le modèle qui le soutient.

Source
Date de publication : 2021-05-12 20:26:39