«Nous avons beaucoup d’expérience du dernier exercice» – Marseille News

Nitin Chugh, directeur général et PDG, Ujjivan Small Finance BankNitin Chugh, directeur général et PDG, Ujjivan Small Finance Bank

L’impact de la deuxième vague de Covid est bien plus répandu que celui de la première vague, quand il n’y avait pas beaucoup d’impact dans les zones rurales et peu de perte de moyens de subsistance et de réduction radicale de l’efficacité de la collecte, observe le PDG d’Ujjivan Small Finance Bank, Nitin Chugh. . Dans un entretien avec Mithun Dasgupta, Chugh dit que la banque devra estimer le montant de la restructuration des prêts qui serait nécessaire pour le portefeuille de microfinance, à l’avenir. Extraits:

Le bénéfice net de Ujjivan Small Finance Bank pour le quatrième trimestre de l’exercice précédent a bondi de 86,5% en glissement annuel. Cependant, son revenu total et son revenu net d’intérêts (NII) ont diminué au cours de ce trimestre. Quelles sont les raisons de ces baisses?
Il n’y a qu’une seule raison. Nous avions reconnu les GNPA pro forma comme des GNPA après que la Cour suprême a annulé le sursis (sur les banques pour avoir classé les prêts qui étaient standard au 31 août 2020, comme des actifs non performants). Cela a conduit à l’annulation des revenus d’intérêts sur les GNPA ou à la décomptabilisation des revenus à hauteur d’environ 75 crore. Et cela a conduit à une réduction des revenus ainsi qu’à une réduction de la marge nette d’intérêt (NIM).

À l’avenir, comment prévoyez-vous la croissance des revenus d’intérêts?
Je pense que tant que le portefeuille de prêts continuera de croître. Au cours du dernier exercice, nous avons augmenté de 7%, mais c’était en grande partie parce que nous n’avons commencé à pousser les entreprises qu’à partir de décembre. Nous sommes maintenant convaincus que, puisque nous avons été en mesure de faire croître le livre de près de 11% en rythme trimestriel au quatrième trimestre, au fur et à mesure que les choses se normaliseront, ce que nous espérons arriver d’ici la fin du trimestre en cours, alors nous devrions recommencer à reconstruire les entreprises et à croître. Ainsi, les revenus continueront donc de croître à mesure que le livre se développera.

Combien de provisions avez-vous constituées pour les risques liés à Covid?
Au troisième trimestre, nous avions pris la fourniture accélérée de Covid de Rs 547 crore, faisant de la provision globale de Rs 1 029 crore au niveau du bilan. À partir de Rs 1 029 crore, nous avions radié Rs 74 crore au quatrième trimestre, qui est également la radiation totale au cours de l’année, ce qui ramène le niveau des provisions à Rs 955 crore. C’est ce que nous tenons même maintenant. Nous avons des provisions gratuites de Rs 172 crore, et le solde est fourni au niveau du compte, ce qui rend notre ratio de couverture des provisions (PCR) de 60%. Nous avions prévu un crore de Rs 25 sur les intérêts courus sur le GNPA proforma au troisième trimestre, qui a été annulé après l’ordonnance de la Cour suprême.

Au milieu de la deuxième vague de Covid, comment voyez-vous la qualité des actifs du portefeuille de microfinance de la banque à l’avenir?
La banque avait constitué les provisions initiales en raison de la détérioration de la qualité des actifs que nous avons constatée au cours du dernier exercice. De toute évidence, le stress persiste. Beaucoup de nos clients ne s’étaient même pas remis de la première vague. Cette fois-ci, les infections continuent de se propager dans les zones rurales autant que dans les villes. Ainsi, l’impact est bien plus répandu que jamais. La dernière fois, nous n’avons pas vu beaucoup d’impact dans les zones rurales, nous n’avons pas constaté de perte de moyens de subsistance et de réduction radicale de l’efficacité de la collecte. Mais, il semble que la deuxième vague sera probablement résolue dans les 30 à 45 prochains jours, comme les cas se réduisent actuellement. La RBI a annoncé très opportunément de nombreuses mesures, en particulier pour les petites banques financières. Nous disposons donc de ces cadres pour fonctionner de manière efficace et responsable, en termes de restructuration, etc. Nous avons une grande expérience de l’exercice écoulé. Nous savons que ce genre de choses fonctionnera pour les collections et les décaissements. Fin mars 2021, 96% de nos clients de la microfinance payaient, en tout ou en partie. En avril, l’efficacité de la collecte est tombée à 88%. À l’heure actuelle, partout au pays, les collections sont inférieures à avril.

Combien de créances douteuses avez-vous amorties pour le portefeuille de microfinance au cours du dernier exercice? Et quelles sont les perspectives de restructuration, à l’avenir?
Pour toute l’année, nous avons radié Rs 74 crore, et de cette microfinance était d’environ Rs 60 crore. Tous ces comptes étaient des NPA en février. Nous n’avons procédé à aucune restructuration des prêts de microfinance. Nous avons procédé à une restructuration mineure des prêts au logement et aux PME, qui étaient inférieurs à 30 crore de roupies. Cette fois-ci, nous devrons estimer le degré de restructuration nécessaire pour le prêt de microfinance et nous travaillons sur les cadres politiques disponibles.

Obtenez en direct les cours des actions de l’ESB, de la NSE, du marché américain et de la dernière valeur liquidative, du portefeuille de fonds communs de placement, consultez les dernières nouvelles des introductions en bourse, les introductions en bourse les plus performantes, calculez votre impôt par calculateur d’impôt sur le revenu, connaissez les meilleurs gagnants du marché, les meilleurs perdants et les meilleurs fonds d’actions. Aimez-nous sur Facebook et suivez-nous sur Twitter.

Financial Express est maintenant sur Telegram. Cliquez ici pour rejoindre notre chaîne et rester à jour avec les dernières nouvelles et mises à jour de Biz.

Source
Date de publication : 2021-05-20 20:15:00