Mme Dominique Ouattara annonce de bonnes nouvelles et dévoile les perspectives après 9 ans d’activités

Porté sur les
fonds baptismaux, par décret, le 8 novembre 2012, le Fonds d’appui aux femmes
de Côte d’Ivoire (FAFCI), est une initiative de Mme Dominique Ouattara qui s’était
assigné un défi de créer un Fonds de microfinance pour aider ses sœurs ivoiriennes
à être autonomes. Après 9 ans d’activités, la Première Dame, les partenaires et
les femmes bénéficiaires se sont retrouvés, ce mardi 13 juillet 2021, au
Sofitel Hôtel Ivoire pour exposer le bilan, et décliner les perspectives pour
la période 2021-2025.

Le moins qu’on
puisse dire, c’est qu’il y a des motifs de satisfaction. Avec 10 000 bénéficiaires
en 2012, pour un capital de démarrage de 1 milliard francs cfa, le FAFCI a attient
20 milliards après 9 années de succès. Avec plus de 260 000 adhérentes, il
se distingue des autres programmes similaires en Côte d’Ivoire et ailleurs par
son taux de remboursement national de 98%. « Ce qui est un exploit »,
a dit Mme Dominique Ouattara qui a précisé que le Fonds a attiré au fil des
années de plus en plus de femmes.

La Première
Dame en a profité pour annoncer que « Le Président de la République a
décidé que le capital du FACFCI soit augmenté de 5 milliards à compter de ce
jour (mardi 13 juillet 2021 : ndlr). Il s’élève donc à 25 milliards »,
a-t-elle dit, sous les ovations, précisant que cela permettra à encore plus de
femmes d’adhérer au FAFCI.

Elle en a
profité pour remercier tous ses collaborateurs, notamment les membres de son cabinet
dirigé par Mme Patricia Sylvie Yao, directrice de cabinet et les partenaires
financiers, à savoir la banque partenaire, la BACI, l’Unacoopec, le Gesci,
Hortensia Finances et la Cofina.

En ce qui
concerne les perspectives, Mme Dominique Ouattara a laissé entendre qu’avec l’accompagnement
du Gouvernement, le Fonds a, en projet, la construction de marchés dans
plusieurs localités, pour permettre aux femmes d’exercer plus aisément leurs
activités de commerce.

Le FAFCI ambitionne
une collaboration avec d’autres structures dont la CNPS, « toue chose qui
permettra à nos sœurs d’être couvertes en cas de maladie, d’accident, de
maternité et de vieillesse ». Elle en a profité pour saluer la présence du
Directeur général de la CNPS, Charles Kouassi.

Bien avant la
Première Dame, plusieurs personnalités se sont succédé au pupitre. Il s’agit du
maire de Cocody, Jean Marc Yacé, qui a souhaité la bienvenue à tous, Patricia
Sylvie Yao, Mme Elodie Koffi (Dg de GESCI) au nom des microfinances et de la
ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant Nasseneba Touré.

Au cours de
la cérémonie, 16 femmes méritantes, bénéficiaires du FAFCI, ont été
distinguées. Elles ont reçu, chacune, un pagne et une enveloppe de 300 000
francs cfa.

Mmes Diakité
Fanta Marina et Adonis Affoua ont fait des témoignages édifiants.

Il faut
préciser que cette cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs membres du
gouvernement dont Mmes Anne Désirée Ouloto, Mariatou Koné, Ramata Ly, Myss
Belmonde Dogo et le ministre du Budget, Moussa Sanogo, ainsi que des épouses de
plusieurs personnalités.

La note de
gaieté a été apportée par les artistes Sidonie la Tigresse et Affou Kéita dont
les chansons ont poussé la Première Dame à esquisser quelques pas de
connaisseuse salués par les femmes. Nous y reviendrons.

Adolphe
Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou
partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même
partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des
poursuites.

Source
Date de publication : 2021-07-13 22:52:30