Microfinance : 30 milliards de DH pour atteindre 1,6 millions de clients en 2022

L’étude menée par le Maroc, en partenariat avec la Banque Mondiale, pour le développement de la microfinance, a dévoilé un besoin de financement global de 30 milliards de DH à mobiliser pour atteindre 1,6 millions de clients actifs, à Horizon 2022. L’étude montre aussi un potentiel du marché de la microfinance de 55% dans le milieu rural. C’est ce que souligne le premier rapport de la Stratégie Nationale d’Inclusion Financière. Ce document porte sur les principales étapes franchies dans le processus depuis le lancement en 2016 jusqu’à 2019. A cet égard, la Stratégie Nationale d’Inclusion Financière, qui inscrit la microfinance parmi ses leviers, vise à débloquer le potentiel du secteur à travers l’accélération de sa réforme et le déploiement des mesures incitatives et d’accompagnement requises pour favoriser la transformation de ses acteurs et l’amélioration de leurs offres destinées aux populations cibles.

Ainsi, la réforme prévue par l’amendement de la loi N° 18-97 portant sur le micro-crédit traduit l’ambition des autorités d’élargir les perspectives d’évolution du secteur de la microfinance en donnant la possibilité aux associations de microcrédit « AMC » de se transformer en Etablissement de Crédit et en améliorant leur capacité à atteindre une plus large clientèle, par une offre de services financiers plus complète et diversifiée. Elle s’inscrit dans la poursuite des initiatives du gouvernement qui a adopté le 25 juillet 2019 le décret d’application de la loi sur le microcrédit portant sur l’augmentation du plafond des prêts octroyés par les institutions de microcrédit de 50.000 à 150 000 DH (Publié au Bulletin Officiel du 15 Août 2019. L’objectif étant d’améliorer l’accès des très petites entreprises (TPE) au financement, répondre à leurs attentes en matière de croissance et de pérennité, promouvoir le professionnalisme dans le secteur du microcrédit et renforcer son intégration dans le paysage financier. Pour développer renforcer le rôle de la microfinance dans l’inclusion financière, en particulier pour les femmes, les ruraux et les TPE, Bank-Al Maghrib, en partenariat avec le ministère des Finances et la Fédération Nationale des Associations de Microcrédit (FNAM) envisagent à court terme de moderniser le cadre législatif et réglementaire. Il s’agit de finaliser la définition du cadre de la microfinance, de son périmètre d’action et des catégories d’institutions de microfinance concernées et accélérer le processus d’approbation du projet de loi.  Les parties concernées comptent également accélérer la transition vers les nouveaux modèles. S’ajoute la mise en place des incitations fiscales et non-fiscales pour accélérer la pénétration de la microfinance dans les segments cibles : jeunes, femmes, les ruraux et les TPE.

Pour rappel, la microfinance occupe une place particulière au sein du système financier marocain et constitue un levier incontournable de par le rôle qu’elle joue dans la lutte contre la pauvreté et la promotion de l’insertion des populations. L’activité des 13 associations exerçant le micro-crédit a été marquée à fin 2019 par la hausse de l’encours des crédits octroyés et du nombre de clients qui ont dépassé 7,4 milliards de DH et 923.497 respectivement avec un montant moyen de crédits de 8.000 DH et un taux des créances en souffrance de 4%.

Source
Date de publication : 2020-12-07 18:01:32