l’influence des relations développées avec les organismes d’appui à la microfinance sur les capacités organisationnelles d’institutions de microfinance au Rwanda

(1)

Partenariat interorganisationnel et empowerment dans le secteur

de la microfinance : l’influence des relations développées avec

les organismes d’appui à la microfinance sur les capacités

organisationnelles d’institutions de microfinance au Rwanda

Thèse présentée

dans le cadre du programme du doctorat en développement régional
en vue de l’obtention du grade de philosophia doctor

Programme offert conjointement par
l’Université du Québec à Rimouski

et

l’Université du Québec à Chicoutimi

Par

Marie-Grâce Ikirezi Ngabonzima

(2)(3)

Composition du jury :

Jeanne-Marie Rugira, présidente du jury, Université du Québec à Rimouski
Marie-José Fortin, directrice de recherche, Université du Québec à Rimouski
Suzanne Tremblay, évaluatrice, Université du Québec à Chicoutimi

Denis Martel, examinateur externe, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

(4)(5)

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI
Service de la bibliothèque

Avertissement

La diffusion de ce mémoire ou de cette thèse se fait dans le respect des droits de son auteur,
qui a signé le formulaire « Autorisation de reproduire et de diffuser un rapport, un

mémoire ou une thèse ». En signant ce formulaire, l’auteur concède à l’Université du

Québec à Rimouski une licence non exclusive d’utilisation et de publication de la totalité
ou d’une partie importante de son travail de recherche pour des fins pédagogiques et non
commerciales. Plus précisément, l’auteur autorise l’Université du Québec à Rimouski à
reproduire, diffuser, prêter, distribuer ou vendre des copies de son travail de recherche à des
fins non commerciales sur quelque support que ce soit, y compris l’Internet. Cette licence
et cette autorisation n’entraînent pas une renonciation de la part de l’auteur à ses droits
moraux ni à ses droits de propriété intellectuelle. Sauf entente contraire, l’auteur conserve
la liberté de diffuser et de commercialiser ou non ce travail dont il possède un exemplaire.

(6)(7)

À ma chère maman,
À mon cher mari Athanase Kagina;
À mes frères et sœurs,

À toute ma famille,
À tous ceux qui me sont chers,

(8)(9)

Bien que peuplée de grands moments de solitude qui pourraient laisser penser qu’il
s’agit d’un travail solitaire, une thèse de doctorat n’en est pas un. Elle est plutôt le fruit des
efforts conjugués de plusieurs personnes. Par ces quelques mots, je tiens à adresser mes
remerciements à tous ceux qui m’ont apporté leur précieux soutien tout au long de sa
réalisation.

Je voudrais tout particulièrement remercier ma directrice de thèse madame
Marie-José Fortin, professeure à l’Université du Québec à Rimouski, pour son accompagnement,
ses conseils, ses qualités humaines et scientifiques, son soutien financier et moral, ses
encouragements sans lesquels je ne serais jamais arrivée au bout de ce travail. Qu’elle
trouve ici le témoignage de ma gratitude.

Je tiens à exprimer mes sincères remerciements à tous mes professeurs pour les
précieuses connaissances et les expériences enrichissantes qu’ils m’ont transmises tout au
long de ma scolarité. Je remercie également tous les professeurs qui m’ont fait l’honneur
d’accepter de faire partie des membres du jury de cette thèse malgré leur emploi de temps
très chargé.

Je témoigne ma grande reconnaissance à mon mari Athanase Kagina pour son amour
inconditionnel qui a été le pilier de ma persévérance. Sa patience, sa compréhension, ses
conseils et ses prières m’ont été d’un grand réconfort durant les temps d’incertitude et de
souffrance. Je ne pourrais jamais trouver les mots qu’il faut pour lui exprimer mes
sentiments de gratitude. Je souhaite simplement que cette thèse lui procure fierté et
satisfaction.

(10)

Je remercie profondément ma famille toujours présente, quoi qu’il arrive, malgré la
distance géographique. Je désire de tout mon cœur que ma mère reçoive en échange de son
amour, son courage et son exemple, le témoignage de ma grande affection. Je remercie ma
sœur Michèle Ngabonziza pour son aide dans la traduction des textes en anglais. Un grand
merci aussi à tous mes frères et sœurs qui ont appuyé, chacun à sa façon, mon projet
d’études de doctorat pendant toutes ces longues années. J’espère qu’ils trouveront dans ce
travail la joie de leur contribution et le courage de ne jamais renoncer à leurs grandes
ambitions.

Je suis très reconnaissante à tous ceux qui ont facilité la réalisation de ma recherche
au Rwanda : les représentants des institutions de microfinance et des organismes
internationaux d’appui à la microfinance qui m’ont accueillie, guidée et fourni
l’information recherchée. Qu’ils en soient grandement remerciés.

J’aimerais aussi remercier tous ceux qui ont cru en mon projet et manifesté l’intérêt à
l’égard de cette thèse. Je pense particulièrement à ma belle-famille, à mes neveux et nièces,
à mes amis et aux membres de la communauté de l’Emmanuel pour leurs encouragements,
leurs prières et leurs marques d’affection.

Puisse le Seigneur Dieu, Auteur de ma vie et Source de mon inspiration, vous bénir
tous.

(11)

Cette thèse est située dans une réflexion générale sur le rôle du système de
microfinance dans la lutte contre la pauvreté, un des plus grands enjeux de développement
au niveau local et mondial. Son objectif était d’étudier les expériences de partenariat qui se
développent entre les institutions de microfinance et les organismes internationaux d’appui
à la microfinance au Rwanda afin de cerner leur nature et de comprendre si elles ont une
contribution en matière de renforcement des capacités des institutions de microfinance
(IMF) dans l’accomplissement de leur mission sociale envers les populations pauvres.

Le terrain du Rwanda choisi comme cadre de recherche se prête à cette étude en
raison de la forte précarité socio-économique du pays au lendemain du génocide de 1994
qui s’harmonise avec le contexte global de l’étude. De plus, l’étude s’inscrit dans la
continuation de notre recherche de maîtrise réalisée dans ce même lieu. C’est cette dernière
qui a suscité notre intérêt à l’endroit des problématiques de partenariat en microfinance.

Au Rwanda et ailleurs dans le monde, de nouvelles possibilités de financement pour
les populations n’ayant, auparavant, aucun accès aux prêts bancaires sont expérimentées,
dont l’approche partenariale récente en microfinance et définie comme une stratégie
intégrant la synergie entre les acteurs.

Cependant, le partenariat en microfinance reste peu documenté à ce jour. Les études
portant sur les formes de partenariat dans ce secteur en général sont rares dans le monde et
particulièrement en Afrique. Plus encore, celles qui concernent le partenariat entre les IMF
et les organismes internationaux d’appui à la microfinance sont quasi inexistantes. Telle est
l’une des contributions de cette thèse qui s’est penchée sur la pratique partenariale dans le
système de microfinance en axant sur les relations liant les IMF et les organismes
internationaux d’appui à la microfinance au Rwanda.

L’étude s’est inspirée des approches du développement territorial et de l’économie
sociale et solidaire pour expliciter les concepts-clé de recherche, à savoir : l’empowerment
organisationnel et le partenariat interorganisationnel. La méthode de recherche privilégiée
est l’étude de cas, soit quatre institutions de microfinance (IMF) rwandaises travaillant avec
un organisme international. Outre la recherche documentaire portant sur la période de 2007
(année du début du partenariat étudié) à 2011 (dernière année avant la recherche), les
données ont été complétées par une série d’entrevues.

Guidée par nos questions de recherche, l’analyse a été faite en deux parties. Nous
avons commencé par examiner la contribution que peut avoir le partenariat

(12)

IMF/organismes internationaux d’appui à la microfinance sur les capacités des IMF en
termes de trois variables du pouvoir retenues pour l’étude : « le pouvoir en », « le pouvoir
de » et « le pouvoir avec » correspondant respectivement aux capacités organisationnelles,
opérationnelles et relationnelles en matière d’empowerment organisationnel avant
d’analyser son évolution vers une relation interorganisationnelle équilibrée dans le secteur
de la microfinance.

Les résultats de recherche ont révélé que, par une double approche de capacitation et
d’autonomisation, les IMF ont acquis par le bais du partenariat de nouvelles ressources et
compétences qui augmentent leurs capacités d’amélioration et d’extension des services
financiers à leur clientèle pauvre. Parallèlement au pouvoir interne et opérationnel, les IMF
ont acquis les capacités relationnelles leur donnant plus d’assurance et d’implication dans
le processus partenarial avec les organismes internationaux d’appui à la microfinance et
dans les réseaux d’acteurs du même secteur. En même temps, les organismes ont acquis
aussi des compétences en matière de connaissance du terrain et des populations locales, ce
qui confère au partenariat l’image d’un échange réciproque où chacun donne et reçoit
quelque chose en retour.

Pour ce qui est de l’évolution du partenariat IMF/organismes internationaux d’appui à
la microfinance, la recherche a montré que tout en suivant les mêmes étapes de négociation,
d’entente et d’engagement que d’autres types de relations interorganisationnelles exposées
dans la littérature, le partenariat examiné est évolutif. Il a passé par deux phases : celle du
soutien à la survie des IMF et la phase actuelle de l’empowerment organisationnel. De plus,
à l’étape examinée au moment de l’enquête, des signes de son évolution vers une relation
équilibrée sont décelés. En effet, les nouvelles capacités acquises par les IMF génèrent des
sentiments d’auto-estime et une implication plus importante que nous estimons favorables à
l’équilibre partenarial fondé, d’après la littérature, sur l’équivalence des apports, des
responsabilité et des bénéfices des parties concernées.

Mots-clés : développement territorial; économie sociale; partenariat inter-organisationnel;
capacités; organisations; micro-crédit; empowerment organisationnel; Rwanda

(13)

This thesis is an outcome of a general reflection on the role of the system of
microfinance in the fight against poverty, one of the greatest challenges to development,
both at the local and global level. Its objective was to examine, through the documentary
analysis and interviews, the experiences of partnership which develop between
microfinance institutions and agencies supporting microfinance in Rwanda in order to
identify their nature and to understand if they have a contribution in building the capacities
of the microfinance institutions (MFIs) in the fulfilment of their social mission toward the
poor.

The field of Rwanda chosen as research framework lends itself to this study because
of the strong precarious socio-economic fabric of the country in the aftermath of the 1994
genocide that aligns with the overall context of the study. In addition, this study is part of
the continuation of my postgraduate research carried out in the same place and after which
my interest was aroused concerning the Problematic of partnership in microfinance.

In Rwanda and elsewhere in the world, new funding opportunities for the populations
previously without access to bank loans are experienced henceforth the recent partnership
approach in microfinance which is defined as a strategy for integrating the synergy between
the actors.

However, at this time, there is limited records on the partnership in microfinance. The
studies related to this type of partnership in this sector, in general, are rare throughout the
world and particularly in Africa. Moreover, those which relate to the partnership between
the microfinance institutions (MFIs) and agencies supporting microfinance are almost
non-existent. Therefore, this thesis focuses on the partnership practice within microfinance
systems with emphasis on the relationships linking IMFs and agencies supporting
microfinance in Rwanda.

The study is based on the approaches of the territorial development and the Social
and Solidarity Economy for explaining the key concepts of research namely : the
organizational empowerment and inter-organizational partnership. The preferred research
method is the documentary research covering the period from 2007 (start year of the
partnership herein examined) to 2011(the year before this research was carried out). The
data have been supplemented by the interviews.

(14)

Kigali and in the rural areas: SWOFT S.A. and ACB S.A and two providing services
exclusively to the rural environment: Uniclecam Ejo heza and Wisigara Uniclecam and two
agencies supporting microfinances: Terrafina microfinance and AQUADEV CA.

Guided by our research questionnaire, the analysis has been made in two parts. We
began by examining the contribution that the partnership between MFIs and agencies
supporting the microfinance may have on the capabilities of the MFIS in terms of three
variables of the power selected for the study : “The power in”, “the power of” and “the
power with” corresponding respectively to the internal, operational and relational
capabilities, in relation to organizational empowerment before analyzing its evolution
toward a balanced inter-organizational relationship in the microfinance sector.

The research results revealed that, by using a dual approach of “capacitation” and
empowerment, MFIs have acquired, through the partnership, new resources and skills
which increase their capacity in terms of improvement and expansion of financial services
rendered to their impoverished clientele. Alongside domestic and operational power, MFIs
have acquired relational capabilities giving them more insurance as well as more
involvement in the process of partnership with the agencies supporting microfinances and
within the network of actors in the same sector.

In regards to the evolution of the partnership between MFIs and agencies supporting
microfinances, the research results have revealed that while following the same steps of
negotiation, agreement and commitment over and above inter-organizational relations, the
studied partnership is scalable. It has passed through two phases: supporting MFIs in their
survival phase as well as the organisational empowerment which is the current phase. In
addition, at this stage, signs of its evolution toward a balanced relationship are detected.
Indeed, the new capabilities acquired by the MFIs generate feelings of self-esteem and a
more substantial involvement that we believe favorable to the balance of partnership based
on the equivalence of inputs, responsibility and the profits of concerned parties.

Keywords: territorial development; social economy; inter-organizational partnership;
capacity; organizations; microcredit; organizational empowerment; Rwanda

(15)

REMERCIEMENTS … ix

RESUMÉ … xi

SUMMARY … xiii

TABLE DES MATIÈRES … xv

LISTE DES FIGURES … xxi

LISTE DES TABLEAUX … xxii

LISTE DES ENCADRÉS … xxiv

LISTE DES ABRÉVIATIONS, DES SIGLES ET ACRONYMES … xxv

INTRODUCTION … 1

CHAPITRE 1 : COMBATTRE LA PAUVRETÉ : UN DÉFI MONDIAL … 7

1.1 La pauvreté : plusieurs formes et plusieurs mesures … 7

1.1.1 La pauvreté sous l’angle de la continuité … 9

1.1.2 La pauvreté en termes de ses mesures … 11

1.2 Considération historique des politiques et stratégies de lutte contre la pauvreté … 18

1.3 La microfinance comme stratégie de réduction de la pauvreté … 25

1.3.1 Description et définition du système de microfinance … 26

1.3.2 Approches et contribution des programmes de microfinance dans la lutte
contre la pauvreté dans le monde … 31

1.3.3 Limites et défis du système de microfinance … 36

CHAPITRE 2 : ÉTAT DES CONNAISSANCES SUR LA MICROFINANCE ET LE
DÉFI DE PÉRENNITÉ … 45

2.1 Champs d’intérêt de recherche en microfinance … 46

(16)

CHAPITRE 3 : ANCRAGE THÉORIQUE DE L’ÉTUDE … 65

3.1 Approches théoriques du développement territorial … 66

3.1.1 Approche Genre et développement … 68

3.1.2 Développement local … 74

3.1.3 Développement territorial … 76

3.1.4 Développement économique communautaire … 77

3.2 Approches théoriques de l’économie sociale et solidaire … 79

3.2.1 Approche de l’économie sociale par les composantes de Desroche (1983) … 82

3.2.2 Approche par les acteurs, les activités et les règles de Claude Vienney
(1994) … 82

3.2.3 Approche par les valeurs de Defourny (1992) … 83

3.2.4 Approche de Laville (1995) : la perspective de l’économie solidaire … 84

3.3 Synthèse du chapitre : justification de l’ancrage de la recherche dans les
champs de l’économie sociale et du développement territorial … 88

3.3.1 Économie sociale et solidaire (ÉSS) et Développement local (DL) … 90

3.3.2 Économie sociale et solidaire (ÉSS) et Développement économique
communautaire (DÉC) … 91

CHAPITRE 4 : CADRE CONCEPTUEL DE L’ÉTUDE … 93

4.1 Notion de partenariat dans les théories du développement territorialisé et de
l’économie sociale et solidaire … 93

4.1.1 Partenariat local : une stratégie du développement local … 98

4.1.2 Partenariat interorganisationnel dans la coopération Nord-Sud … 104

4.1.3 Partenariat interorganisationnel dans le système de microfinance … 111

4.2 Concept d’empowerment dans les théories du développement et de l’économie
sociale et solidaire … 113

4.2.1 Concept d’empowerment dans les approches du développement … 117

4.2.2 Empowerment organisationnel en économie sociale et solidaire : cas des
institutions de microfinance … 118

4.3 Cadre opératoire de la recherche … 124

4.3.1 Empowerment organisationnel des institutions de microfinance … 124

4.3.2 Partenariat interorganisationnel en vue de l’empowerment du système de
microfinance … 128

(17)

4.4 Questions et objectifs de recherche … 133

4.4.1 Questions spécifiques de recherche … 133

4.4.2 Objectifs de recherche … 134

CHAPITRE 5 : DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE DE LA RECHERCHE … 137

5.1 Positionnement dans la recherche qualitative et interprétative… 137

5.2 Mise en contexte de la recherche : terrain de recherche … 139

5.2.1 Situation géographique et administrative du Rwanda … 139

5.2.2 Contexte socio-économique du Rwanda … 140

5.3 Population et échantillonnage … 158

5.4 Méthodes de collecte de données : recension des écrits et entretien semi-dirigé . 169
5.5 Méthodes d’analyse, d’interprétation et de présentation des données … 171

5.6 Considérations d’ordre éthique … 174

CHAPITRE 6 : PROCESSUS PARTENARIAL IMF/ORGANISMES D’APPUI EN
MICROFINANCE : analyse des capacités interne, opérationnelle et relationnelle des
institutions de microfinance … 177

6.1 Partenariat IMF/organismes internationaux d’appui à la microfinance : un
engagement négocié et contractuel entre les acteurs dans le système de
microfinance? … 179

6.1.1 Négociation dans le partenariat IMF/organismes internationaux d’appui à
la microfinance au Rwanda. … 181

6.1.2 Engagement et réalisations communes dans le partenariat IMF/organismes
internationaux d’appui à la microfinance … 185

6.2 Amélioration des capacités internes et opérationnelles des IMF : y a-t-il une
contribution du partenariat IMF/organismes internationaux d’appui à la
microfinance? … 190

6.2.1 Sager Women Organisation Fund Trust S.A. (SWOFT S.A.) : profil
historique et portrait organisationnel et opérationnel … 191

6.2.2 Amasezerano Community Banking S.A. (ACB S.A.) : profil historique et
portrait opérationnel … 199

6.2.3 Uniclecam Ejoheza : profil historique et portrait opérationnel … 211

(18)

6.2.5 Influence du partenariat IMF/organismes internationaux d’appui à la
microfinance sur l’évolution des capacités d’extension et d’intensification
des services offerts aux populations pauvres par les institutions de

microfinance étudiées … 230

6.3 Amélioration des capacités relationnelles des IMF : Y-a-t-il une contribution
du partenariat IMF/organismes internationaux d’appui à la microfinance? … 241

6.4 Conclusion partielle … 247

CHAPITRE 7 : DISCUSSION : VERS UN PARTENARIAT ÉQUILIBRÉ EN
MICROFINANCE … 253

7.1 Partenariat IMF/organismes internationaux d’appui à la microfinance en vue de
la survie des IMF … 256

7.2 Partenariat IMF/organismes internationaux d’appui à la microfinance en vue de
l’empowerment des IMF … 258

7.3 Partenariat équilibré entre les IMF et les organismes internationaux d’appui à
la microfinance : quelles perspectives? … 259

7.3.1 Attentes par rapport au partenariat … 260

7.3.2 Pouvoir des parties impliquées dans le processus de partenariat … 266

7.4 Conclusion partielle … 276

CONCLUSION GÉNÉRALE … 279

1. Retour à la problématique et aux objectifs de recherche … 279

2. Rappel des concepts-clés et de la démarche méthodologique de l’étude… 281

3. Résumé des résultats des recherche … 283

4 Limites de l’étude … 296

5. Propositions pour les recherches ultérieures … 298

ANNEXE 1 : LES FORMES DE PARTENARIAT EN MICROFINANCE ET
LEURS CARACTÉRISTIQUES … 301

ANNEXE 2 : LES ACTEURS DE LA MICROFINANCE … 305

ANNEXE 3 : GRILLE D’ANALYSE DOCUMENTAIRE POUR LES IMF … 307

ANNEXE 4 : GRILLE D’ANALYSE DOCUMENTAIRE POUR LES
ORGANISMES D’APPUI … 311

(19)

ANNEXE 5 : GUIDE D’ENTRETIEN POUR LES COORDINATEURS ET LES

CONSEILLERS TECHNIQUES DES ORGANISMES D’APPUI … 315

ANNEXE 6 : GUIDE D’ENTRETIEN POUR GÉRANTS DES IMF … 319

ANNEXE 7 : GUIDE D’ENTRETIEN POUR MEMBRES DES CONSEILS
D’ADMINISTRATION DES IMF … 323

ANNEXE 8 : LE RWANDA DANS LA RÉGION DES GRANDS LACS
AFRICAINS … 327

ANNEXE 9 : CARTE ADMINISTRATIVE DU RWANDA I … 329

ANNEXE 10 : CARTE ADMINISTRATIVE DU RWANDA II … 331

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES … 333

Ouvrages … 333

Rapports et autres documents administratifs … 353

(20)(21)

Figure 1 : Processus de développement du partenariat … 106
Figure 2 : Schéma d’une organisation … 120
Figure 3 : Attentes vis-à-vis du partenariat IMF/organismes internationaux d’appui à la

microfinance … 265
Figure 4 : Processus de transfert du pouvoir dans le partenariat IMF/organismes

(22)

Tableau 1 : Situation de la pauvreté dans le monde selon les estimations de la Banque
Mondiale … 2
Tableau 2 : Convergences des courants de l’Économie sociale et solidaire et du

développement territorial … 89
Tableau 3 : Les formes de partenariat local … 101
Tableau 4 : Synthèse des caractéristiques du partenariat local interorganisationnel … 110
Tableau 5 : Cadre opératoire du concept d’Empowerment organisationnel … 126
Tableau 6 : Cadre opératoire du partenariat interorganisationnel en vue de

l’empowerment … 131
Tableau 7 : Provinces et districts constituant le terrain de recherche … 140
Tableau 8 : Le rôle des acteurs de la microfinance au Rwanda … 157
Tableau 9 : Aperçu général des organismes AQUADEV Central Africa et Terrafina

microfinance … 161
Tableau 10 : Description synthétique des institutions de microfinance faisant partie de

l’échantillon d’étude … 166
Tableau 11 : Thèmes et des sous-thèmes de recherche … 169
Tableau 12 : Nombre de clients de SWOFT S.A. … 195
Tableau 13 : Nombre de prêts décaissés par année au sein de SWOFT … 196
Tableau 14 : Bilan de la situation financière de SWOFT S.A. pour quatre ans … 198
Tableau 15 : Épargne des clients de SWOFT S.A. … 199
Tableau 16 : Nombre de clients d’ACB S.A. … 204
Tableau 17 : Les types de crédits offerts par ACB S.A. … 205

(23)

Tableau 18 : Nombre de demandeurs de prêts au sein d’ACB S.A… 207
Tableau 19 : Évolution du portefeuille de crédit au sein d’ACB S.A. … 208
Tableau 20 : Évolution des dépôts au sein d’ACB S.A. … 209
Tableau 21 : Bilan de la situation financière d’ACB S.A. sur quatre ans … 210
Tableau 22 : Opérations de prêts et d’épargne dans l’Uniclecam Ejoheza … 220
Tableau 23 : Opérations de prêts et d’épargne dans l’Uniclecam Wisigara … 227
Tableau 24 : Tableau synthétique de produit de crédits et d’épargne offerts par les

quatre IMF étudiées (2012) … 228
Tableau 25 : Soutien technique offert par les organismes internationaux d’appui à la

microfinance aux IMF … 234
Tableau 26 : Principales phases du partenariat observées dans quatre IMF et deux

organismes internationaux d’appui à la microfinance (2012) … 255
Tableau 27 : Pouvoirs acquis par les IMF leur permettant d’exercer plus de contrôle

sur leur partenariat avec les organismes internationaux d’appui à la

(24)

Encadré n°1 : Quelques dates et actions importantes dans l’histoire du système de

microfinance … 27
Encadré no2 : Synthèse des caractéristiques de l’économie sociale et solidaire … 88
Encadré n° 3 : Indicateurs socioéconomiques comparatifs … 142
Éncadré n° 4 : Tableau comparatif de la vision 2020 pour le développement au Rwanda

et les objectifs de développement du millénaire … 144
Encadré n° 5 : Petite histoire du secteur de microfinance au Rwanda … 151
Encadré n° 6 : Le principe du warrantage … 217

(25)

ACA: Aquadev central Africa

ACB: Amasezerano Community Banking S.A.
ACDI : Agence Canadienne de développement

AEE : Evangelistic Enterprise Rwanda (Association des églises évangéliques)
AMIR : Association des Institutions de Microfinance au Rwanda crée en juin 2007
ATD Quart monde : Agir tous pour la Dignité Quart monde

BAD : Banque Africaine de développement
BIT : Bureau International du travail

BM : Banque Mondiale

BNR : Banque nationale du Rwanda

CGAP : Consultative Group to Assist the Poor (Groupe consultative pour assistance aux
populations pauvres)

DÉC : Développement Économique Communautaire

DIWATA : Development Initiatives for Women and Transformative
DH : Développement humain

DL : Développement local

DPRS : Documents stratégiques de réduction de la pauvreté
DT : Développement territorial

(26)

ÉS : Économie sociale

ÉSS : Économie sociale et solidaire
FAD : Fond africain de développement
FMI : Fonds Monétaire International

FENU : Fonds d’équipement des nations Unies
GeD : Approche genre et développement.
IBW : Institutions de Brettons woods

ICCO : Inter-church organisation for développement coopération
IDH : Indice du développement humain

IFD : Intégration des femmes dans le développement
IMF : Institutions de microfinance

IPM : L’indice de pauvreté multidimensionnelle (IPM)
IPH : Indicateur de la pauvreté humaine

MINAGRI : Ministère de l’Agriculture et de l’élevage

MINECOFIN : Ministère des Finances et de la Planification Économique

MINICOM : Ministère du Commerce, de l’Industrie, de la Promotion des Investissements,
du Tourisme et des Coopératives

MIX MARKET : Microfinance Information Exchange (Organisme servant de cadre
d’échange d’informations sur la microfinance

(27)

Oikocredit International : organisme d’investissement solidaire pour la lutte contre la
pauvreté dans les pays en développement

OIT : Organisation Internationale du travail

OMD : Objectif du millénaire pour le développement
ONAPO : Office nationale de la population

ONG : Organisme non gouvernemental
ONU : Organisation des Nations Unies
PAMF : Projet d’appui à la microfinance

PNUD : Programme des Nations unies pour le Développement
PSRP : Programme stratégique de réduction de la pauvreté
RDM : Rapport sur le développement dans le monde
RWF : Franc Rwandais

RMDH : Rapport mondial sur le développement humain

SACCO : Savings and credit cooperative (Coopérative d’épargne et de crédit)
SRP : Les stratégies de réduction de la pauvreté

SWOFT : Sagar Women foundation Trust

TROCAIRE : Agence officielle de développement de l’Église catholique irlandaise
UNICLECAM : Union des coopératives d’épargne et crédit agricole mutuel

(28)

UNIFEM : United Nations Development Fund for Women (Fonds des « nations unies pour
les femmes)

USAID : U.S Agency for International Development (Agence des nations unies pour le
développement international)

WIFT : Women Institution Fund Trust (Fond d’affectation spéciale des Nations Unies pour

(29)

La lutte contre la pauvreté sous ses diverses formes n’a cessé de faire l’objet de
recherches tout au long de l’histoire de l’humanité. Toutefois, malgré des efforts fournis
pour la combattre, la pauvreté représente encore aujourd’hui une réalité de plus en plus
présente et pesante. C’est ainsi que nombre de mesures plus inventives les unes que les
autres sont proposées et/ou mises en place tant par les chercheurs, les experts, les
politiciens et les praticiens de divers domaines, dont celui de la microfinance qui intéresse
la présente recherche.

En effet, la lutte contre la pauvreté mondiale constitue un des grands défis de
développement du 21ème siècle. Le premier objectif du millénaire pour le développement
(OMD) va dans ce sens : réduire de moitié, entre 1990 et 2015, le pourcentage de personnes
dont le revenu est inférieur à un dollar par jour et réduire de moitié la proportion des gens
qui souffrent de la faim (Damon, 2010; Kabeer, 2005; ACDI, 2005). En adoptant les
objectifs du millénaire pour le développement lors du sommet du millénaire en septembre
2000, les 189 États membres des Nations Unies se sont engagés à mettre en place des
stratégies de développement adéquates à leur réalisation.

Toutefois, malgré des progrès substantiels réalisés, à la veille de la rencontre des
dirigeants du monde pour évaluer le pas franchi dix ans après, le Secrétaire général des
Nations Unies, Ban Ki-moon déclare dans la préface du rapport sur les OMD qu’« il est
évident que les améliorations apportées aux conditions de vie des populations pauvres ont
été scandaleusement lentes » (ONU, 2010 : 3). Il en résulte qu’un grand nombre de
personnes continuent de vivre dans une situation d’extrême pauvreté (voir tableau n°1)

(30)

Tableau 1 : Situation de la pauvreté dans le monde selon les estimations de la Banque
Mondiale

Effectifs (milliard)

1981 2008

Seuil de 1,25 dollar par jour (extrême pauvreté) 1,94 1,29 soit 22%

Seuil de 2 dollars par jour (pauvres) 2,59 2,47 soit 42%

Source : Banque Mondiale (2012)

Mais, d’après l’ONU (2010), le problème de pauvreté est plus prononcé dans les pays
de l’Afrique subsaharienne où 51% de la population vivent sous le seuil de la pauvreté de
1 $ par jour. Face à ce constat, Sha Zukang, Secrétaire général adjoint aux Affaires
Économiques et Sociales à l’Organisation des Nations Unies (ONU) affirme que :

[…] pour atteindre les OMD, il faudra prêter une attention accrue aux plus
vulnérables. Il faudra adopter des politiques et des interventions visant à éliminer
les inégalités persistantes, voire même croissantes, entre riches et pauvres, entre
ceux qui vivent en milieu rural, dans des zones reculées ou dans des taudis et les
populations urbaines mieux loties, entre ceux que désavantagent leur emplacement
géographique, leur sexe, leur âge, un handicap ou leur appartenance ethnique et les
autres. (ONU, 2010 :5)

Il y a là une incitation à se concentrer de façon particulière sur les personnes les plus
touchées par la pauvreté en prenant référence les Objectifs du millénaire pour le
développement (OMD). On peut trouver la même invitation dans d’autres discours des
chercheurs, des praticiens ou des politiciens en rapport avec la pauvreté. Par exemple, les
propos de Ban Ki-moon, dans son rapport de 2008, évoquent le premier OMD en ces
termes : « À l’horizon de 2015 et au-delà, il ne fait pas de doute que nous pouvons atteindre
l’objectif ultime : nous pouvons éliminer la pauvreté. » (Ban Ki-moon, 2008, cité par
Damon, 2010 : 7).

En effet, depuis les années 2000, les OMD sont devenus une référence mondiale en
matière de lutte contre la pauvreté. Mais il faut noter que le combat contre la pauvreté

(31)

remonte plus loin que les OMD. Ces derniers ne sont qu’un indicateur d’un nouvel éveil
des consciences quant à la nécessité d’accélérer le processus déclenché dans les années
1970 pour parer aux effets de la crise socioéconomique marquée par « les problèmes de
chômage, de précarité, d’exclusion sociale, de pauvreté que connaissent les personnes, les
collectivités locales et régionales » (Assogba, 2000 : 1).

Dans ces conditions, les OMD constituent un rappel afin d’être plus inventifs pour
créer et/ou renforcer des mesures, des programmes, des stratégies et des actions
susceptibles d’améliorer les conditions de vie des populations les plus vulnérables. C’est
dans cette ligne des stratégies de lutte contre la pauvreté que prennent place les
programmes de microfinance centrés spécialement sur les couches les plus vulnérables de
la population en matière d’accès aux prêts bancaires.

La microfinance dans la lutte contre la pauvreté

« La microfinance s’illustre comme étant l’outil le plus
promoteur et le moins coûteux de lutte contre la pauvreté
mondiale » (Jonathan Morduch, président du Groupe d’expert
des Nations Unies sur les statistiques relatives à la pauvreté
mondiale)
(Blondeau, 2006 :1)

Pour plusieurs auteurs, depuis le milieu des années 1970, le système de microfinance
a connu des succès remarquables auprèsdes populations pauvres qui lui valent d’être
considéré comme un outil de réduction de la pauvreté (Hermes et Lensink, 2007; Boyé et

al., 2006; Brau et Woller, 2004). C’est pour cette raison qu’à l’heure actuelle les pays, les

communautés internationales et les ONGs misent sur le système de microfinance pour
améliorer les conditions de viedes populations pauvres dans le monde en général et dans
les pays en voie de développement en particulier. Il y en a d’ailleurs qui affirment que dans
les pays en développement, et plus particulièrement ceux de l’Afrique, le développement
de l’entrepreneuriat en microfinance a une large part dans la réduction de la pauvreté
(Larivière et Martin, 1997).

(32)

En effet, au-delà de la grande diversité au niveau de ses formes et de ses actions, le
système de microfinance tant dans les pays en développement que dans les pays
industrialisés, au milieu rural qu’au milieu urbain, est de plus en plus considéré comme un
instrument de lutte contre la pauvreté (Servet, 2010; Lapenu, 2007, Boyé et al., 2006;
Morduch, 2000). Il se présente, en fait, comme un véritable outil de développement et
d’inclusion sociale compte tenu d’une gamme de services financiers et non financiers
destinés aux populations pauvres en lien avec sa mission sociale.

Toutefois, quelques questions en rapport avec la mission sociale de la microfinance
consistant à toucher les populations pauvres exclues des banques classiques surgissent
souvent dans les débats. Parmi les interrogations les plus courantes, il y a notamment celle
relative à leur clientèle : la microfinance touche-t-elle réellement les plus pauvres?
Autrement dit, est-elle fidèle à sa mission sociale envers les populations pauvres et les
exclus des banques classiques?

Tous ces questionnements et tant d’autres révèlent l’ampleur des défis auxquels fait
face le secteur de la microfinance en matière de lutte contre la pauvreté. Ainsi, un bref
historique de l’évolution du secteur et une réflexion sur sa mission sociale et économique,
ses pratiques et ses perspectives s’imposent pour mieux comprendre sa place dans la lutte
contre la pauvreté. Mais, au préalable, il semble important de comprendre la notion de
pauvreté sous ses diverses formes afin de saisir le bien-fondé du combat engagé contre elle
et dans lequel les programmes de l’économie sociale dont ceux de microfinance sont sensés
jouer un rôle de premier plan.

Cette thèse aborde la problématique du renforcement des capacités organisationnelles
du système de microfinance dans la lutte contre la pauvreté en se concentrant
particulièrement sur la nouvelle approche de partenariat pratiquée par les institutions de
microfinance et les organismes internationaux d’appui à la microfinance au Rwanda, un
pays de l’Afrique centrale.

(33)

En plus des résultats de recherche d’une étude précédente réalisée au Rwanda1

et
portant sur le rôle de la microfinance dans le développement local, le choix de ce pays
comme terrain de recherche s’explique par la pauvreté persistante résultant d’une
combinaison de facteurs économiques et sociodémographiques qui fait qu’il est classé
parmi les pays les plus pauvres du monde.

En effet, suite au manque d’accès tant aux services essentiels de base qu’aux
ressources minimales monétaires et matérielles, la majorité des ménages rwandais vit dans
un cercle vicieux de pauvreté se manifestant par une faible productivité, une diminution de
revenus et une dégradation des conditions de vie au fil des ans. De ce fait, plusieurs
stratégies de réduction de la pauvreté, dont celle consistant à soutenir les services de
microfinance destinés aux populations pauvres, sont mises en place.

L’objectif de recherche est d’examiner si à travers les expériences de partenariat
établies avec les organismes internationaux d’appui à la microfinance s’opère
l’empowerment des institutions de microfinance dans l’offre de services financiers aux
populations pauvres. L’étude repose sur une approche qualitative centrée sur l’analyse de
quatre cas d’institutions de microfinance en partenariat avec deux organismes
internationaux d’appui à la microfinance. Elle s’articule autour de quatre parties.

Dans la première partie qui comprend deux chapitres, la recherche essaie d’abord
d’expliciter la notion de pauvreté et par la même occasion celle de lutte contre la pauvreté.
Ensuite, considérant que dans leur grande diversité les définitions et les approches de la
lutte contre la pauvreté varient selon les contextes, elle circonscrit l’analyse au domaine de
la microfinance et tente de comprendre dans quel sens et par quels moyens la pauvreté et le
combat contre la pauvreté y sont abordés.

Enfin, ces réflexions nous mènent à retracer l’historique du système de microfinance
en mettant l’accent sur les diverses étapes par lesquelles il a passé, les principales

1

Notre mémoire de maîtrise intitulé « Le rôle de la microfinance dans la participation active des femmes au
développement local au Rwanda ».

(34)

approches de recherche qui l’ont abordé, ses limites et les défis ainsi que sa contribution
dans la lutte contre la pauvreté. Ainsi, nous précisons les contours de notre problématique
de recherche et définissons la principale question de recherche.

La deuxième partie intègre deux chapitres qui présentent le cadre conceptuel et
théorique de la recherche. La troisième partie est consacrée, quant à elle, à la méthodologie
de recherche. La quatrième partie est composée de deux chapitres portant respectivement
sur la présentation et la discussion des résultats de recherche. Pour clore le tout, la
conclusion générale dresse un portrait global des résultats de recherche et fait état des
questions qui pourraient être explorées par d’autres chercheurs.

(35)

La pauvreté dans l’abondance est le plus
grand défi du monde contemporain.

(Banque Mondiale. 2001 : v)

1.1 LA PAUVRETÉ : PLUSIEURS FORMES ET PLUSIEURS MESURES

Bien qu’elle soit une question d’actualité, la pauvreté a la particularité d’être un
phénomène de tous les temps. Pour plusieurs auteurs (Klein et Champagne, 2011; Godinot
et Viard, 2010 et 2000; Barrat, 1998; Brébant, 1984), la pauvreté est aujourd’hui présente
comme elle l’a été dans un passé très lointain. Selon Barrat, « la pauvreté est là, et bien là,
à toutes les époques » (Barrat, 1998 : 3). Son autre singularité est qu’elle se retrouve
partout. La pauvreté est « dans toutes les régions du monde » (Mestrum, 2002 : 42). Il en
résulte qu’elle a toujours été et reste une notion multiforme et multidimensionnelle dont la
conception évolue à tout moment selon les époques (Klein et Champagne, 2011; Brébant,
1984), les lieux (Damon, 2010, Gomes et al, 2002) et les groupes sociaux concernés
(Brébant, 1984).

Néanmoins, tout en étant partout présente, la pauvreté reste une notion contextuelle.
Elle est souvent envisagée en lien avec une situation ou un lieu précis (Damon, 2010). De
la sorte, souvent, les gens parlent de la pauvreté en prenant soin de préciser le contexte
géographique ou le domaine concerné. Ainsi, les termes qui reviennent fréquemment se
rapportent à « un contexte [ou] à un environnement » (Damon, 2010 : 27-28) tels que :
pauvreté sociale, pauvreté économique, pauvreté mondiale, pauvreté dans les pays

(36)

développés, pauvreté dans les pays du tiers-monde, pauvreté en Afrique, en Europe, au
Rwanda, etc. Par conséquent, d’après Barrat « la pauvreté dans le monde peut s’apprécier
par continents, par grandes zones géographiques, nationalement et localement » (Barrat,
1998 : 105). C’est pour cette raison que malgré qu’elle représente « un problème mondial »
(Gomes et al, 2002 : 398) identifié sur la base des caractéristiques mondialement
reconnues, la pauvreté se définit de façon plus précise par rapport aux critères nationaux
et/ou régionaux (Banque Mondiale, 2001).

La pauvreté est également une notion temporelle dont les traits principaux varient
avec le temps en lien avec les conditions sociales et économiques qui prévalent à chaque
période (Brébant, 1984). Selon cette auteure, « à chaque époque les types de pauvreté se
renouvellent et les caractéristiques qui tendent à les définir changent, parce que leurs
conditions de production ne sont pas les mêmes » (Brébant, 1984 :15). La Banque
Mondiale (1990) abonde aussi dans ce sens mais insiste, quant à elle, sur l’influence des
conditions culturelles dans la définition de la pauvreté dans une perspective temporelle.
Elle estime que « la conception de la pauvreté a évolué dans le temps et varie énormément
d’une culture à l’autre » (Banque Mondiale, 1990 : 31). Il s’ensuit qu’aussi bien au niveau
temporel qu’au point de vue contextuel les représentations de la pauvreté changent
continuellement, d’où une variété de définitions de la pauvreté (Klein et Champagne,
2011 : 32).

Le caractère multidimensionnel de la pauvreté ressort plus clairement dans la
littérature sur la mesure de la pauvreté qui révèle un manque de consensus sur la définition
de la pauvreté dans les différents domaines qui s’en préoccupent, ce qui fait que les
approches des économistes diffèrent de celles de sociologues et que le point de vue des
chercheurs académiques se distinguent de celui des praticiens. D’après Mestrum (2002),
l’abondance des conceptualisations de la pauvreté dénonce l’absence, depuis le Moyen
Âge, d’un cadre théorique approprié qui permettrait d’avoir une vision commune de la
pauvreté d’autant plus que la complexité de cette notion ne facilite pas les choses mais

(37)

entraîne au contraire des risques de confusion entre ses différents aspects : causes,
conséquences, manifestations.

C’est de là que proviennent les difficultés de définition de la notion de pauvreté et
également celles de faire le choix des stratégies de lutte contre la pauvreté qui tiennent en
considération des réalités spécifiques à chaque situation. En fait, dans le meilleur des cas,
comme le précise Damon (2010), toute situation de pauvreté devrait être considérée compte
tenu de son cadre spécifique. Selon lui, « les objectifs, les définitions et les indicateurs sont
toujours à relativiser par rapport aux conditions et localisations dans lesquelles ils sont
employés » (Damon, 2010 : 28).

Néanmoins, comme le soulignent Klein et Champagne (2011) ainsi que Paugam
(2005), des efforts de conceptualisation de la notion de pauvreté de la part des chercheurs et
de divers spécialistes tendent à dépasser ces difficultés et aboutissent à quelques approches
qui reprennent des traits comparables de la pauvreté. Ainsi, on arrive à dresser des
classifications de la pauvreté sous certains angles précis que Paugam considère comme
étant « un cadre analytique susceptible de se prêter à des comparaisons à la fois dans
l’espace et le temps » (Paugam, 2005 : 101).

1.1.1 La pauvreté sous l’angle de la continuité

Les approches qui privilégient l’angle de la continuité distinguent deux formes de
pauvreté : la pauvreté persistante ou héritée et la pauvreté épisodique. La pauvreté
persistante s’observe chez les personnes, les régions et/ou sociétés qui ont été marquées par
une longue histoire de pauvreté, de sorte que cette dernière soit considérée comme un
héritage (Paugam, 2005, Barrat, 1998). Pour Paugam, il s’agît de « la pauvreté qui se
reproduit de génération en génération tel un destin » (Paugam, 2005 : 101). Cette situation
essentiellement « structurelle » (Paugam, 2005 : 101; Brébant, 1994 : 15) est, pour la

(38)

plupart des cas, la résultante de multiples problèmes cycliques2 qui amènent les gens à la
vivre comme si c’était « une fatalité » (Paugam, 2005 : 101).

La pauvreté épisodique, quant à elle, est plutôt conjoncturelle (Brébant, 1994 :15) et
provient le plus souvent des changements d’ordre socio-économique plus ou moins
passagers dans la vie des gens. Au cours des trois dernières décennies, la pauvreté
épisodique a pris un nouveau visage. De plus en plus de personnes dans beaucoup de
sociétés, tant dans les pays développés que dans ceux en voie de développement, ont subi
des conséquences liées à la dégradation des conditions de vie et à la crise économique.
Elles sont alors tombées subitement dans une situation de pauvreté jamais connue
jusque-là. Plusieurs auteurs (Klein et Champagne. 2011, Paugam, 2005; Favreau, 2002; Brébant,
1994) qualifient cette situation de « nouvelle pauvreté ».

Apparu dans les années 1980-90, le concept de nouvelle pauvreté englobe plusieurs
catégories de personnes qui, sans être pauvres, vivaient auparavant dans des conditions
socio-économiques précaires et qui expérimentent de nouvelles situations de pauvretés,
devenant ainsi désemparées par cet état de choses. Les personnes les plus touchées sont
entre autres celles qui débutent leurs carrières, comme les jeunes travailleurs, les petits
commerçants et les nouveaux entrepreneurs, mais aussi celles dont les conditions sociales
et économiques sont fragiles et/ou instables, tels que les chômeurs. Klein et Champagne
mettent également dans cette catégorie « les travailleurs à statut précaire, les familles
monoparentales, les jeunes familles, les enfants, les femmes seules, les immigrants et les
personnes âgées » (Klein et Champagne. 2011 : 34).

La crise économique, la précarité de l’emploi, les guerres et les conflits sociaux sont
entre autres des facteurs qui entraînent ces nouvelles formes de pauvretés partout dans le

2 Les causes de la pauvreté persistante sont étroitement liées les unes aux autres. « De multiples facteurs sont
enchevêtrés les uns aux autres et forment la trame de la reproduction de la pauvreté » (Brébant, 1984 : 99).
Les auteurs identifient plusieurs facteurs de la transmission de la pauvreté comme la croissance
démographique, le chômage (Barrat, 2005, Brébant, 1984), les faibles revenus familiaux, le faible niveau
d’éducation (Brébant, 1984). Bref, la pauvreté revêt plusieurs visages et reflète plusieurs situations car, selon
la Banque Mondiale, elle « résulte de phénomènes économiques, politiques et sociaux qui interagissent et,
souvent, se renforcent les uns les autres, aggravant ainsi le dénuement dans lequel vivent les pauvres »
(Banque Mondiale, 2001 :1).

(39)

monde en général. Mais, dans les pays du Tiers Monde3, d’autres problèmes d’ordre
politique et socio-économique tels que les problèmes de gouvernance, les guerres civiles, la
sous-industrialisation et la sous bancarisation (Barrat, 2005) s’y ajoutent, rendant la
situation de plus en plus grave. Donc, tout comme la pauvreté persistante, la nouvelle
pauvreté résulte elle aussi d’un enchevêtrement de facteurs économiques et sociaux ou
encore, selon Klein et Champagne, d’une « combinaison des effets pervers du
développement économique et des lacunes de la protection sociale » (Santé et Société,
1990, cité par Klein et Champagne, 2011 : 34).

1.1.2 La pauvreté en termes de ses mesures

D’autres approches abordent la pauvreté aux moyens de méthodes mises au point
pour la mesurer et font une distinction entre la pauvreté monétaire de la pauvreté non
monétaire. La mesure monétaire ou budgétaire, la plus employée de toutes (Paugam, 2005),
consiste à définir le seuil de pauvreté en termes de revenus ou des moyens économiques des
ménages. Le seuil de pauvreté correspond, dans ce sens, au niveau minimal de revenu pour
le ménage (Kabeer, 2005), autrement dit « le niveau de revenu ou de consommation
critique en dessous duquel un individu ou un ménage est défini comme pauvre » (Banque
Mondiale, 2001 : 22). Le seuil de pauvreté absolue déterminé initialement par la Banque
Mondiale en 1990 et repris par l’Organisation des Nations Unies (ONU) dans la définition
des OMD est un dollar américain par jour. Avec le temps et la dégradation des conditions
de vie, ce seuil a été révisé à 1,25$ et à 2$ pour les moins pauvres. Ce sont ces seuils qui
sont employés par beaucoup d’organismes de développement, y compris les institutions de
microfinance (IMF) dans la lutte contre la pauvreté.

Deux formes de pauvreté sont définies par rapport au seuil de pauvreté : la pauvreté
absolue et la pauvreté relative. La pauvreté absolue conçue en termes de revenus et de

3 Le terme Tiers-Monde fut largement employé après la deuxième guerre mondiale pour désigner d’abord le
troisième monde (celui des pays non alignés), ensuite pour désigner les pays pauvres en voie de
développement (terme couramment utilisé à l’heure actuelle) par opposition aux pays riches ou développés.
(Barrat, 2005).

(40)

niveau de consommation constitue une forme de pauvreté reconnue par plusieurs auteurs
(ATD4 Quart monde. 2011; Damon, 2010; Godinot et Viard, 2010; Barrat, 2005; Gomes et

al., 2002; Mestrum, 2002). Elle renvoie au dénuement total caractérisé par la carence

complète du « minimum vital » (Gomes et al., 2002 : 398) permettant aux personnes de
mener une vie décente. Dans cette optique, Barrat la définit comme « l’absence totale ou
l’insuffisance totale de nombreux moyens de satisfaction de besoins les plus
fondamentaux » (Barrat, 1998 : 6). Klein et Champagne soutiennent ce point de vue en
précisant que les populations pauvres de cette catégorie sont incapables de combler les
besoins de base, soit ceux « de se nourrir, de se loger et de se vêtir » (Klein et
Champagne : 32).

Toutefois, ces mêmes auteurs nuancent cette conception, pourtant adoptée selon eux
par l’Assemblée des Nations Unies, en montrant que si cette définition de la pauvreté en
termes de besoins essentiels est appropriée aux pays en voie de développement, ce n’est pas
le cas pour les pays développés. Ainsi, ils estiment que la définition de la pauvreté en
termes de l’incapacité « d’accéder aux services et ressources nécessaires pour assurer la
qualité de vie » (Klein et Champagne, 2011 : 32), offerts par une communauté à ses
membres, convient mieux aux sociétés industrialisées.

C’est cette conception que nous retrouvons aussi chez Godinot et Viard (2010) qui
décrivent les populations pauvres comme « les êtres humains qui n’ont accès à aucune des
ressources indispensables pour pouvoir vivre dans la dignité » (Godinot et Viard, 2010 :
17). Mais contrairement à Klein et Champagne (2011), Godinot et Viard (2010) estiment
cette conception de la pauvreté absolue en termes de problèmes d’accès aux possibilités
offertes par la communauté, s’appliquent à toutes sortes de sociétés industrialisées ou non.
Il ressort de ces deux conceptions une vision bidimensionnelle de la pauvreté absolue que
nous adoptons pour cette recherche puisqu’à notre avis, dans toutes les sociétés, la pauvreté
peut, à la fois, être envisagée sous l’angle de l’absence de besoins fondamentaux et sous

4 Agir tous pour la Dignité.

(41)

celui de l’incapacité d’accès aux opportunités disponibles dans la société, et ce, dans toutes
les sociétés.

La deuxième forme de pauvreté monétaire est la pauvreté relative déterminée selon
Mestrum, soit « en fonction du seuil de pauvreté absolue [soit] par rapport au revenu
moyen d’une société » (Mestrum, 2002 : 42). Selon cette dernière mesure, la pauvreté d’un
ménage ou d’un individu est fonction du niveau de vie des autres individus ou groupes
vivant dans le même contexte (Klein et Champagne, 2011, Gomes et al., 2002).

Cependant, il faut remarquer que la définition de la pauvreté en termes de revenus
pose des problèmes de délimitation entre les formes identifiées sous cet angle. Il y a des
difficultés de fixer les frontières claires au-delà desquelles la personne passe de la pauvreté
relative à la pauvreté absolue ou à l’extrême pauvreté. De ce fait, le terme de pauvreté sans
aucun autre qualificatif est souvent d’usage et englobe alors les différents aspects de cette
situation, ce qui ne facilite pas non plus la compréhension. Par exemple, selon Gomes et

al., « quelqu’un considéré comme pauvre dans les pays développés aura probablement un

revenu supérieur à celui d’une personne considérée comme “aisée” dans un pays moins
développé » (Gomes et al., 2002 : 399).

Mais si nous nous en tenons à la conception générale, la pauvreté relative renverrait à
une situation de pauvreté « moins grave » (Barrat, 1998 : 6) comparativement à la pauvreté
absolue ou totale ou encore à la situation générale des autres membres de la société dans ce
sens que l’insatisfaction de moyens de base est partielle, « momentanée, locale, ou limitée »
(Barrat, 1998 : 6). Par contre, la pauvreté extrême correspondrait à une situation de
pauvreté plus grave dans le sens du dénouement total, de la persistance de cette situation et
du poids des conséquences de perte d’autonomie et/ou d’exclusion sociale qui en résultent
(Klein et Champagne, 2011; Godinot et Viard, 2010; Brébant, 1984).

Dans cette optique, si certains auteurs comme Mestrum (2002) estiment que la
pauvreté absolue et l’extrême pauvreté signifient la même chose, d’autres placent l’extrême
pauvreté dans la continuation de la pauvreté absolue (ATD Quart du monde. 2011; Godinot

(42)

et Viard, 2010) et la considèrent comme le point culminant de la pauvreté ou encore l’état
de misère caractérisé par « le cumul de précarités et de carences » (Godinot et Viard, 2010 :
18) dans tous les domaines, de façon constante et « aliénante » (Brébant, 1984 :15).
D’autres qualifient les populations pauvres dans cette situation de plus pauvres (Brébant,
1984) ou encore de plus exclus, faisant allusion à l’exclusion sociale dont ils sont l’objet. Il
y en a même qui emploient indistinctement les termes de pauvreté et d’exclusion sociale
(Burstein, 2005, cité par Klein et Champagne, 2011). Toutefois, ces auteurs sans contredire
cette idée montrent que tout en étant proche, ces termes définissent deux situations
distinctes par le fait que, pour eux, l’exclusion sociale n’est que l’effet de la pauvreté
extrême qui perdure.

À ce propos, optant pour le point de vue que l’exclusion sociale peut se manifester à
la suite de « la pauvreté constante et durable » (Klein et Champagne, 2011 : 35), cette
recherche épouse aussi la thèse de Castel considérant que « l’exclusion, c’est se voir privé
de ressources minimales, tant en termes monétaires qu’en termes d’accès aux services et
équipements collectifs » (Castel, 1991, cité par Klein et Champagne, 2011 : 35). De ce fait,
elle se range du côté de ceux qui prennent l’exclusion tant comme une composante de la
pauvreté et comme sa conséquence.

Plus précisément, elle adopte la considération de l’exclusion financière comme une
forme de pauvreté, option privilégiée par le système de microfinance par l’offre de services
financiers aux exclus du système bancaire classique (Bélisle, 2012, Boyé et al., 2006).
L’exclusion financière est donc ici envisagée comme un aspect de la pauvreté s’exprimant
soit par le manque de ressources monétaires et/ou par les difficultés d’accès aux produits
et/ou services financiers ordinairement disponibles à tous. Il nous faut préciser que la
définition de l’exclusion financière adoptée dans cette étude est celle qui la considère sous
l’angle de privation d’accès et/ou d’usage des services financiers. Autrement dit,
l’exclusion financière est celle qui « a trait à l’incapacité à accéder aux services financiers
appropriés, à une marginalisation et même à un handicap dans l’accès ou l’usage (Ramji,

(43)

2009; Molvant, Roux et Servet, 2007; Carbo, Gardener et Molyneux, 2005, cités par
Bélisle, 2010 : 8).

Avant de terminer cette analyse des formes de pauvreté sous l’angle de revenus, il
importe de signaler quelques avantages attribués à la mesure monétaire de la pauvreté tels
que la mise au point du seuil de pauvreté qui constitue une référence générale au niveau
international dans la représentation de ce qu’est la pauvreté absolue de manière
quantifiable. Dans cette optique, Destremau et Salama trouvent que la mesure absolue de la
pauvreté permet de mettre en évidence « l’ampleur et la profondeur de l’une des facettes de
la pauvreté » (Destremau et Salama, 2002 : 7) en rapport avec les revenus des ménages.

De son côté, la Banque Mondiale ajoute que la mesure du seuil de la pauvreté offre la
possibilité d’« en [la pauvreté] présenter une image globale dans le temps […] elle permet
aux gouvernements ou à la communauté internationale de se fixer les objectifs mesurables
pour contrôler l’effet de leurs interventions » (Banque Mondiale, 2001 : 20). Dans ce même
esprit, Pagès (2011) affirme que le fait de disposer d’une mesure monétaire universelle de
la pauvreté permet de faire des comparaisons de revenus entre les nations et les groupes
sociaux.

Néanmoins, la considération de la pauvreté sous le seul critère monétaire est très
contestée par les auteurs (Paugam, 2005; Kabeer, 2005; Mestrum, 2002) qui la jugent
incomplète. D’une part, le minimum vital sur lequel se base la définition de la pauvreté
absolue constitue un sujet de controverse car il ne peut être le même dans tous les contextes
(Kabeer, 2005, Mestrum, 2002). À titre d’exemple, Mestrum explique que « les besoins
nutritionnels peuvent être différents en fonction du climat » (Mestrum, 2002 : 42). D’autre
part, le seuil mondial de pauvreté, souvent pris comme une référence universelle, est aussi
critiqué. D’un côté, il n’est pas toujours adapté aux contextes nationaux compte tenu des
ressources économiques et sociales dont dispose chaque pays, ce qui fait que souvent la
mesure du seuil national s’impose (Banque Mondiale, 2001).

(44)

D’un autre côté, la mesure du seuil de pauvreté se concentre sur le revenu ou le
pouvoir d’achat comme indicateurs de la pauvreté mais ne permet pas de montrer les
variations entre les niveaux de vie des individus ou des ménages pauvres (sous le seuil de
pauvreté) étant donné qu’aucune autre dimension de la vie n’est considérée (Paugam, 2005;
Kabber, 2005; Mestrum, 2002; Banque Mondiale, 2001, 1990). Ces auteurs sont tous
d’accord que la pauvreté ne peut être que monétaire. D’ailleurs, mesurer la pauvreté sous ce
seul critère est qualifié d’« arbitraire [et de] simpliste » (Paugam, 2005 : 5) d’où la
pertinence de tenir compte des mesures non-monétaires portant sur les autres facettes de la
pauvreté ou adoptant une approche plutôt qualitative.

Parmi les mesures non-monétaires les plus répandues se classe la méthode
participative dite subjective. Cette dernière mesure la pauvreté à travers diverses analyses
qualitatives (enquêtes, entretiens, groupes de discussion, récits de vie) auprèsdes
populations pauvres. Dans ce cas, l’appréciation de la pauvreté se fait « du point de vuedes
populations pauvres eux-mêmes » (Kabeer, 2005 :118). L’implicationdes populations
pauvres dans l’analyse de leur propre vécu constitue son originalité et sa force. Son
efficacité repose, en effet, sur sa valeur scientifique fondée sur les données d’enquêtes
(Klein et Champagne, 2011; Kabeer, 2005; Mestrum, 2002) ainsi que sur le fait de laisser
parler les populations pauvres, ce qui peut garantir d’aboutir à une description de la
pauvreté plus proche de la réalité (Destremau et Salama, 2002; Mestrum, 2002). Les
personnes vivant en situation de pauvreté y sont considérées comme « des experts de la
pauvreté » (Godinot et Viard, 2010 : 10; Mestrum, 2002 : 46). Notons que si ces personnes
sont prises comme « les premiers experts de la pauvreté » c’est qu’« ils en ont l’expérience
vécue et savent tout ce qu’elle signifie en termes de souffrance et de changements
nécessaires » selon Godinot et Viard (2010 : 10).

Une des variantes de cette méthode que nous pouvons citer à titre illustratif est
l’approche par les capacités dans laquelle les analyses qualitatives portent sur des capacités
et/ou des potentialités à se réaliser en tant qu’être humain en s’inspirant du concept de

(45)

capacité tel que défini par Amartya Sen5 (Kabeer, 2005; Destremau et Salama, 2002). La
pauvreté est alors analysée compte tenu des indicateurs des besoins essentiels tels que
l’alimentation, l’habillement, la santé, le taux de scolarisation, l’espérance de vie, la
mortalité et des aptitudes et/ou des conditions de vie menant à une vie sociale de qualité
comme l’estime de soi, la dignité humaine, la participation à la vie sociale, etc. (Kabeer,
2005; Paugam, 2005; Destremau et Salama, 2002; Banque Mondiale, 1999).

Dans ces conditions, les revenus et les biens matériels sont seulement pris en
considération comme moyens permettant aux individus de réaliser leurs aspirations
(Kabeer, 2005). Nous pouvons mentionner par exemple l’indice du développement humain
(IDH) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) qui mesure trois
capacités : « vivre longtemps et en bonne santé; acquérir un savoir; accéder aux ressources
permettant des conditions de vie décente » (Kabeer, 2005 : 103-104). Il nous faut souligner
ici que si les méthodes qualitatives sont en général appréciées et préférées aux mesures
monétaires de la pauvreté, elles subissent le grand reproche relatif à leur subjectivité quant
aux techniques d’enquête et à l’interprétation des données recueillies et aux capacités des
personnes de définir leur situation de pauvreté.

Donc, dans tous les cas, il ne faut pas perdre de vue le fait que mesurer la pauvreté
s’avère un exercice très difficile (Paugam, 2005; Barrat, 1998) et qu’aucune mesure ne peut
être suffisante pour définir la pauvreté dans toutes ses dimensions. Pour cette raison,
Destremau et Salama (2002) insistent sur le fait que se limiter sur un aspect de la pauvreté
est réducteur. C’est pourquoi une approche multidimensionnelle de la pauvreté conviendrait
mieux même s’il s’avère nécessaire de garder à l’esprit que, comme l’affirme Mestrum,
cette solution ne résout pas tous les problèmes car « les définitions multidimensionnelles ne
sont pas moins ambiguës et qu’elles augmentent souvent plus qu’elles diminuent le
brouillage sémantique » (Mestrum, 2002 : 37). Néanmoins, il semble que faute de trouver
une meilleure solution cette dernière est la plus utilisée par les organismes internationaux
dans la mesure de la pauvreté. Par exemple, c’est l’option qu’ont adoptée le PNUD et la

(46)

Banque Mondiale dans leurs rapports sur le développement qui combinent la vision
monétaire de la pauvreté avec la définition de la pauvreté en termes de conditions de vie
(Banque Mondiale, 2001).

Cette recherche emprunte également la vision pluridimensionnelle de la pauvreté tout
en adoptant l’angle de l’exclusion financière privilégiée par le champ de la microfinance
dans lequel elle se positionne. De ce fait, la pauvreté est perçue dans une perspective
multidimensionnelle inspirée de deux facettes indissociables de la pauvreté selon Klein et
Champagne : « une facette matérielle, incluant le revenu et l’accès à des services tels le
logement, la santé et l’éducation, et une facette psycho sociale » (Klein et Champagne,
2011 : 37 ). Bref, dans cette étude, un pauvre correspond à toute personne qui n’ayant pas
de revenus vit sous le seuil de la pauvreté d’un dollar par jour et/ou qui se trouve dans une
situation d’exclusion aux ressources financières pouvant lui permettre d’acquérir des
capacités de mener une vie décente.

À la lumière de cet éclairage conceptuel de la notion de pauvreté et étant fixés sur
l’état des lieux de la pauvreté dans le monde, revenons à notre interrogation de départ et
regardons dans les pages suivantes l’émergence et l’évolution de l’idée de lutte contre la
pauvreté et le positionnement du système de microfinance dans le combat contre la
pauvreté.

1.2 CONSIDÉRATION HISTORIQUE DES POLITIQUES ET STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE
LA PAUVRETÉ

Un intérêt double a toujours entouré le thème de la pauvreté : sa compréhension
d’une part et, d’autre part, la réflexion sur les possibilités d’éradiquer ce phénomène sur
tous les plans national, mondial, économique, social, etc. De nos jours, cette dernière
préoccupation tend à prendre une place de plus en plus importante dans les débats sur la
pauvreté. Mais cela n’est pas tout à fait nouveau car, d’après Barrat, « la lutte contre la
pauvreté est un combat permanent et multiforme, mené par tous les acteurs sociaux »

Source
Date de publication : 2021-06-05 23:53:04