Le Nouvelliste | Un dernier au-revoir à Josseline Colimon Féthière

Avec son caractère bien trempé, son sens du détail, Josseline Colimon Fethière était toujours prête à affronter les adversités. Pieuse et optimiste, elle était de ces femmes qui croient à la valeur du travail bien fait et au bien-fondé du service rendu à la communauté. D’ailleurs, fille de Dantès Colimon, ancien ministre de la Justice et bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, Josseline Colimon Féthière a fait partie des cercles de jeunesse très tôt. Elle fut croisillon, légionnaire de Marie, jéciste, guide, pour ne citer que ces étiquettes.


Ancienne élève de l’Institution du Sacré-Cœur, après son bac en 1965, elle se tourne vers la gestion et la comptabilité à l’Ecole de commerce Julien Craan. Elle intégrera, le 23 mai 1967, le service à la clientèle du département international de la Banque Royale du Canada. Devenue amoureuse du secteur bancaire, elle roulera sa bosse aussi à la Banque de Boston, à la Banque nationale de Paris qui devint ensuite la Promobank. Sa carrière s’achèvera 37 ans plus tard avec un poste de directrice générale adjointe de la Promobank en 2004. 


Ancien membre du Mouvement pour l’instauration de la démocratie en Haïti (MIDH), en 1982, de concert avec Marie-Michèle Rey qui était à la Banque nationale de Paris (BNP), et Evelyne François, elle met sur pied le Fonds haïtien d’aide à la femme (FHAF), la première institution de microfinance pour les femmes. Josseline Colimon Féthière fut aussi membre fondateur de l’Action pour la micro entreprise (ACME), une entreprise de microfinance qu’elle a presidé pendant plusieurs années. Elle fut vice-présidente de la Chambre franco-haïtienne de commerce et pendant longtemps trésorière de l’Institut haïtianno-américain. De plus, elle a fait partie du conseil d’administration de l’Université Notre-Dame.


Nommée ministre du Commerce et de l’Industrie en novembre 2009, Josseline Colimon Féthière a participé à la mise en place du parc industriel de Caracol avec la CTMO/ Hope. En juillet 2011, elle a ouvert JCF Conseil, sa propre firme de consultation en support aux petites et moyennes entreprises. Madame Féthière a aussi aidé à créer Lakou Lapè, une organisation communautaire haïtienne travaillant dans le domaine de la résolution pacifique des conflits et de la construction de la paix. Jusqu’à très récemment, elle occupait le poste d’ombudsman, bureau prévu par la loi Hope pour le maintien et l’harmonie dans ce secteur. Ainsi, elle était médiatrice spéciale du travail dans le secteur textile, une fonction qui lui plaisait énormément. 


Les funérailles de la très regretée Josseline Colimon Féthière seront chantées le samedi 15 mai 2021 au Parc du Souvenir à 10 heures a.m.


Source
Date de publication : 2021-05-14 05:03:45