Le Nigéria et l’Asie du Sud-Est ont guidé l’adoption crypto mondiale en 2020

nigeria bitcoin cryptomonnaies

Un média crypto et blockchain africain adapté aux réalités du continent : ce projet aurait théoriquement du succès. Le Nigéria arrive en tête de 74 pays quant à l’adoption des cryptomonnaies. 

Pub


Le Nigéria loin devant la Suisse

Selon les données de Statista, le Nigéria est le 1er pays en termes d’adoption de Bitcoin et des cryptomonnaies.

Près d’un répondant sur 3 à l’enquête de Statita, ont indiqué qu’ils avaient utilisé ou détenu des cryptomonnaies en 2020. 

La prévalence des mobiles money peer-to-peer aurait conduit de nombreux Nigérians à explorer les cryptomonnaies. 

Selon Statista, de nombreux répondants nigérians avaient indiqué avoir récemment installé des applications de paiement cryptos sur leurs téléphones. 

Les résultats de l’enquête montrent également que de nombreux Nigérians utilisent les cryptos pour les transferts de fonds internationaux. 

Les données de Google Trends montrent que le Nigéria domine en termes de volume de recherche pour le mot clé “Bitcoin”.

L’Asie du Sud Est enregistre également une hausse importante de l’adoption des cryptomonnaies. 

21% des Vietnamiens et 20% des Philippins ont déclaré avoir utilisé des cryptomonnaies en 2020. 

Tout comme les Nigérians, les Vietnamiens et les Philippins utiliseraient surtout les cryptomonnaies pour les envois d’argent. 

La Turquie et le Pérou arrivent respectivement 3ème et en 4ème position en termes d’adoption des cryptomonnaies, avec 16% des personnes interrogées dans chaque pays ayant indiqué avoir utilisé les cryptos en 2020. La Suisse arrive en 5ème position.

Statista avait interrogé les citoyens de 74 pays. 

Adoption et régulation : une corrélation négative

La Banque centrale du Nigéria avait récemment réaffirmé sa volonté de bannir les cryptomonnaies du pays. 

La Banque d’État du Vietnam refuse également de reconnaître les cryptos comme un moyen de paiement légal. 

Pub

Malgré une réglementation très souple en matière de cryptomonnaies, les Japonais se classent au dernier rang mondial pour l’adoption de ces dernières, à égalité avec le Danemark.

Les banques ont toujours eu du mal à asseoir leur “domination” en Afrique. Dans certains pays, 80% – 90% de la population sont exclus du système bancaire. Les institutions de microfinance ne font pas mieux – de nombreuses IMF deviennent par ailleurs des banques après quelques années. Les transferts de fonds internationaux sont également confrontés à des obstacles majeurs dans de nombreux pays africains : restrictions liées à une réglementation contraignante, frais de transfert relativement élevés par rapport à ceux des pays du Nord, etc. Les cryptos souffrent un vent d’espoir d’une finance plus inclusive en Afrique, même si les banques centrales essaient d’étouffer les citoyens avec une finance traditionnelle ne profitant qu’à une infime portion de la population. 

Source
Date de publication : 2021-02-21 15:11:15