La reine Maxima des Pays-Bas combine une visite virtuelle au Sénégal à d’autres rendez-vous numériques

La reine Maxima des Pays-Bas a assuré, durant trois jours, une visite virtuelle au Sénégal, ponctuée d’autres rendez-vous numériques liés à sa fonction à l’ONU mais aussi à ses engagements dans le royaume de son époux. 

La pandémie de Covid-19 n’empêche nullement la reine Maxima des Pays-Bas de poursuivre son travail international au nom de l’ONU. Mais sans se déplacer. Lundi 11 janvier 2021, l’épouse du roi Willem-Alexander s’était connectée avec le Pakistan pour prononcer un discours, via Internet, à l’occasion du lancement d’une plateforme visant à réduire le coût des petits paiements et stimuler les paiements numériques, en particulier pour les personnes en situation de pauvreté, dans ce pays d’Asie du Sud. Une semaine plus tard, ce lundi 18 janvier, c’est avec Alejandro Diaz de Leon, le gouverneur de la Banque centrale du Mexique, qu’elle a discuté en ligne dans le cadre de sa fonction de représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies pour la finance inclusive pour le développement (UNSGSA). Fonction qui lui a été confiée en 2009, complétée, deux ans plus tard, par celle de présidente d’honneur du Partenariat mondial du G20 pour l’inclusion financière. Le lendemain, elle s’est entretenue par écrans interposés avec Kristalina Georgieva, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), sur divers aspects du financement inclusif dans le contexte de la crise du coronavirus.

Egalement mardi, Maxima a débuté une visite virtuelle de trois jours au Sénégal, depuis son bureau au palais Huis ten Bosch à La Haye. A son programme, des entretiens avec le président sénégalais Macky Sall et plusieurs ministres, ainsi qu’une table ronde avec des représentants d’organisations de fintech sur les services financiers numériques. Etait aussi annoncée une rencontre numérique avec Tiémoko Meyliet Koné, le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), avec qui elle avait déjà discuté en décembre.

Cet engagement faisait suite à la conversation sur la finance inclusive qu’elle avait eue, il y a juste un an, avec le président sénégalais lors du Forum économique de Davos, comme l’a indiqué le Palais. Celui-ci a précisé que, selon des chiffres de 2017, si 42% des adultes au Sénégal disposaient de services financiers dans une institution ou une agence bancaires contre 15% en 2014, 4,85 millions de Sénégalais n’avaient toujours pas accès à un compte bancaire ou d’épargne, à une assurance, à un prêt, à une pension de retraite ou à des moyens de paiement numériques, ce qui limitait leurs possibilités de développement économique. Les personnes à faible revenu, les femmes, les petites entreprises et les résidents de zones reculées, y compris les petites exploitations agricoles, sont principalement concernés. Le Palais a rappelé, à cette occasion, que le continent africain est l’un des domaines prioritaires du travail de la femme du monarque en tant qu’UNSGSA. «Depuis ses débuts en 2009, elle a visité divers pays africains: Egypte (2010), Ethiopie (2013, 2019), Kenya (2010), Libéria (2010), Mali (2011), Nigéria (2012, 2017), Rwanda (2010), Sénégal (2011), Tanzanie (2010, 2013), Afrique du Sud (2011)», est-il énuméré.

Une autre visite virtuelle, dans le Brabant central

Depuis le début de la semaine, la reine Maxima a intercalé à ces rendez-vous d’autres visioconférences, en lien cette fois avec le royaume de son époux. Elle s’est ainsi mobilisée lundi pour le «Blue Monday», a assuré mercredi une visite virtuelle dans la région du Brabant central sur les thèmes de la mobilité du marché du travail et de l’aide aux familles vulnérables, et pris part ce jeudi à un webinaire sur l’impact de la crise du coronavirus sur les PME et les problèmes d’endettement.

Toute reproduction interdite

Source
Date de publication : 2021-01-22 00:05:20