interview exclusive avec Samuel Donatien Nengue

Samuel Donatien Nengue
Samuel Donatien Nengue

Samuel Donatien NENGUE : « Le Cameroun veut doper sa production de cacao et de café ». Avec le lancement du « Guichet Producteurs » prévu le 05 mai 2021, l’Etat du Cameroun entend mettre 50 milliards de FCFA, sur cinq ans, dans le financement direct des producteurs de cacao et café. Administrateur du Fonds de développement des filières café et cacao (FODECC), Samuel Donatien Nengue dévoile ici les clés de ce nouvel instrument de financement.

AFRIK.COM: A quoi renvoie précisément le « Guichet Producteurs »?

Samuel Donatien Nengue : c’est un guichet de financement directement ouvert aux producteurs. Ce dispositif est en droite ligne de l’arrêté n°068/PM du 28 août 2019 approuvant et rendant exécutoire le manuel de procédures d’octroi des subventions en intrants et équipements agricoles au Cameroun. Autorisé par la présidence de la République le 21 décembre 2020, il vise à mettre directement à la disposition des producteurs de huit des dix régions du Cameroun les subventions gouvernementales aux fins de distribution des intrants, de fourniture des équipements et de mise à disposition des infrastructures pour la production. Au total, l’Etat du Cameroun va mettre près de 50 milliards, sur cinq ans, au profit des producteurs de cacao et café.

AFRIK.COM : Apparemment près de 15 établissements bancaires sont mobilisés autour du projet…

Samuel Donatien Nengue : Et ce n’est pas tout ! Les établissements de microfinance (EMF) sont également concernés. Nous avons huit bassins de production et les EMF sont parfois installés sur un bassin ou plusieurs. Donc, tous les EMF qui en ont la qualité seront mobilisés dès lors qu’ils appartiennent à un réseau encadré par une banque de premier ordre. L’enjeu est de rapprocher les subventions du producteur. D’où la concertation avec les opérateurs de téléphonie mobile, pour les transferts d’argent et l’échange de données avec notre plateforme. Je précise, à toutes fins utiles, que les ressources mobilisées par le « Guichet Producteurs » proviennent de la redevance à l’exportation du cacao et du café, des produits issus des amendes résultant de l’exportation des produits de mauvaise qualité, des contributions diverses, des dons et legs de toute nature.

AFRIK.COM : Comment va concrètement va fonctionner ce « Guichet Producteurs » ?

Samuel Donatien Nengue : Concrètement, le « Guichet Producteurs » mobilise deux types de subventions. Les premières sont des subventions de masse pour la catégorie 1. Elles concernent tous les producteurs de cacao et de café sans discrimination. D’après les chiffres officiels, près 600 000 producteurs sont concernés sur le territoire national. Plus concrètement, on fait ainsi référence à celles et ceux qui exploitent une superficie allant de 200 mètres carrés à 10 hectares.

Les secondes sont des subventions à la carte qui font appel à une autre forme d’organisation et à des contraintes un peu plus importantes. En cette première année, il est encore trop tôt pour définir d’office le nombre de bénéficiaires qui doivent produire des plans d’affaires. Le principal enjeu ici est de s’inscrire dans une logique de bancarisation progressive des activités de la paysannerie cacaoyère et caféière en vue d’optimiser la production, la commercialisation et, par-dessus tout, le bien-être des producteurs.

AFRIK.COM : Faut-il s’attendre à de la concurrence dans l’obtention des subventions ?

 Samuel Donatien Nengue :La concurrence ne peut pas exister en matière de subventions de catégorie 1. En revanche, l’enveloppe est limitée annuellement. Ce qui veut dire que le premier venu sera le premier servi. Graduellement, le mécanisme de subvention voudrait qu’on progresse dans le cadre des aides qu’on apporte pour que la subvention bénéficie de manière équitable à tous les producteurs, tout au moins la subvention de catégorie 1. On est obligé de jouer habilement pour que les mêmes ne perçoivent pas la subvention d’une année à l’autre. On a un mécanisme d’extension progressive de la subvention pour que si elle a servi à un l’année n, qu’elle serve à un autre en n+1 et ainsi de suite. Nous nous appuierons sur l’électronique et la gestion des bases de données pour assurer le respect de cette équité. Il y aura in fine un mécanisme de suivi-évaluation-audit pour éviter les doublons.

Interview réalisée par Oliver Santho

Source
Date de publication : 2021-03-21 23:03:45