Inclusion financière au Burkina : L’Assemblée nationale donne son quitus pour lutter contre l’extrême pauvreté

L’assemblée nationale a validé la loi sur le financement partiel du projet de promotion de la finance inclusive pour l’accès des populations à faibles revenus aux services financiers au Burkina Faso (PPFIB), tranche 2. Ce projet contribuera à l’amélioration de conditions sociales et économiques des populations vulnérables au Burkina Faso. C’était ce mardi 4 mai 2021.

Des populations à faibles revenus éprouvent des difficultés pour financer leurs activités. Ainsi, les couches vulnérables rencontrent des obstacles, entre autres, soit à l’inaccessibilité, soit à l’inadaptation des services financiers.

Pour traquer   cette triste réalité, le gouvernement a pensé à une réponse qui est de briser cette barrière et de permettre à ce que les prestataires de services financiers soient décentralisés pour rapprocher les crédits aux bénéficiaires.

La ministre chargée de l’Aménagement du Territoire, Pauline Zouré, a expliqué que le projet vise à rendre accessibles les crédits au niveau des services financiers au profit des couches vulnérables.

« L’Etat va mettre à la disposition des services financiers, des ressources très abordables à un taux préférentiel de 3%. Les prestataires de services financiers auront la responsabilité de revendre l’argent aux bénéficiaires finaux que sont les femmes, les jeunes et les entreprises à 8 à 10% maximum. Au niveau du sciage national, le taux est porté à souvent entre 10 à 15% d’intérêt », a-t-elle précisé.

Lire également 👉Finance inclusive : Lancement du FONAFI doté d’une enveloppe de plus de 44 milliards de FCFA

En outre, le Fonds national de la finance inclusive (FONAFI) est chargé de la mise en œuvre de ce projet. A travers ce fonds, le FONAFI va appuyer les caisses populaires et les prestataires de services financiers à pouvoir se déployer sur le terrain et rapprocher le crédit des  populations vulnérables.

En plus, les services financiers qui ont accès aux ressources financières du FONAFI ont l’obligation d’accorder 60% des crédits aux femmes, aux jeunes, aux personnes vivant avec un handicap et aux PME.

« Cela va contribuer à l’autonomisation et à l’inclusion financière de la femme qui est une actrice dans le développement », a laissé entendre Pauline Zouré. Elle a précisé que projet qui a été lancé en 2020 à rencontrer l’assentiment d’une trentaine de prestataires de service financiers.

En rappel, d’une durée de six ans (2019-2025), le projet de promotion de la finance inclusive au Burkina Faso (PPFIB) a un coût global d’environ 55 milliards F CFA.

Jules César KABORE

Burkina 24

Source
Date de publication : 2021-05-05 10:41:15