Impact du coup d’Etat au Myanmar sur la microfinance

Le 1er février, la junte militaire a pris le pouvoir au Myanmar et Aung San Suu Kyi, dirigeante du pays, a été arrêtée. Depuis, les opposants au coup d’État manifestent pour réclamer sa libération et le retour à la démocratie. La junte y répond par une violence croissante faisant de nombreux morts parmi les civils et conduisant à des arrestations.

Cette crise politique a eu un impact immédiat sur le système financier et bancaire : dévaluation de la monnaie, perte de confiance dans le système bancaire, queues aux guichets pour retirer les liquidités, difficultés à faire entrer et sortir les devises du pays.

Comment ont été impactés les clients des Institutions de Microfinance (IMF) et les IMF elles-mêmes ? Quelles mesures ont été mises en place au niveau des IMF pour s’adapter dans ce contexte déjà fragilisé par la crise COVID ? La microfinance au Myanmar est un secteur relativement jeune et fortement soutenu par les investisseurs étrangers, ceux-ci vont-ils poursuivre leurs financements en l’absence de visibilité sur l’évolution de la situation politique ?

C’est à ces questions que cette web conférence – débat, organisée par le Club de la Microfinance de Paris et ADA Luxembourg tentera d’apporter des éléments de réponses.

Après une présentation globale du secteur et de la situation par ADA, l’ONG GRET, l’IMF ADVANS et l’investisseur Alterfin apporteront leur regard sur la crise et ses impacts sur leurs clients et leurs activités.

Modération :

La conférence sera animée par Bénédicte Godefroid, Head of Capacity Building & Sector Support – ADA Luxembourg

Intervenants :

  • Jean-Marc Debricon, General Manager – Alterfin
  • Emmanuel Aris, Senior Investment Officer – Advans International
  • Baptiste Larnaudie, Financial Inclusion Project Manager – GRET

Source
Date de publication : 2021-07-03 23:25:12