Emprunt obligataire : la BDEAC a collecté 106,8 milliards FCFA

Le président de la BDEAC, Fortunato-Ofa Mbo Nchama, était face à la presse à Brazzaville, le 5 décembre, pour dresser le bilan de la première opération d’emprunt obligataire que la banque a organisée du 21 au 29 décembre 2020 au sein des six pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac).

La mobilisation des souscripteurs a été remarquable, avec plus de 82,4% de participation pour les banques, 7,7% pour les compagnies d’assurances, 5,6% pour les personnes physiques, les fonds de retraite un peu plus de 1,9% de la participation totale, 1,4% pour les sociétés, et enfin, la participation des établissements de microfinance est estimée à moins de 0,9%.

En termes de niveau de participation par pays, le Cameroun arrive largement en tête avec 73,4% du total des souscripteurs, la Guinée équatoriale est loin derrière avec 9%, viennent ensuite le Congo (8%), le Tchad (4,7%), le Gabon (3,5%) et la Centrafrique (0,12%).    

Pour le président de la BDEAC, cette mobilisation des souscripteurs témoigne de la confiance que la banque a pu rétablir avec ses partenaires et la dynamique du marché financier communautaire. L’opération a été un véritable test pour cette institution communautaire, qui a fait l’objet de nombreuses réformes au cours de ces trois dernières années.

« L’emprunt obligataire que nous avons lancé est non seulement une opération financière, mais aussi une opération de développement socioéconomique de la sous-région Afrique centrale. (…) Nous comptons sur nous-mêmes pour impulser le développement de notre sous-région », a signifié Fortunato-Ofa Mbo Nchama, ajoutant que cette première opération a permis de mobiliser les épargnes, de susciter l’engagement des citoyens de la sous-région pour le développement et de valoriser les capitaux disponibles.

Quant à la crédibilité de l’opération, le patron de la banque affirme qu’elle s’est déroulée sous la supervision du gendarme financier de la Cémac, la Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale (Cosumaf) et approuvée par les actionnaires de la banque qui étaient au départ hésitants compte tenu de la période de souscription choisie et le montant de 100 milliards francs CFA à mobiliser.

Il faut souligner qu’après cette première opération d’emprunt obligataire, la BDEAC promet de lancer une deuxième opération cette année et une troisième en 2022. Ce recours au marché financier communautaire s’inscrit dans le Plan stratégie 2017-2022 de la banque. Elle bénéficie, pour cela, de l’accompagnement d’un consortium de sociétés de bourse agréées par la Cosumaf, à savoir Afriland Bourse et Investissement, UPLINE securities.

Source
Date de publication : 2021-01-05 16:40:16