Education financière Un levier pour accélérer l’inclusion financière 

• Le gouvernement burkinabè en fait une priorité

• Pour réduire la pauvreté

• Porter le taux à 75% d’ici à 2023

Plus une population a un accès souple, facile à des produits et services adaptés et à des coûts moindres aux services financiers, mieux si celle-ci est éduquée, la pauvreté se trouverait réduite. Car cette population qui aura accès à son épargne pourrait en retour investir dans des activités génératrices de revenus, toute chose qui créera de la richesse nationale. Au regard de ce constat, l’Etat burkinabè, à l’instar des autres pays membres de l’UEMOA, s’est résolu à faire de l’éducation financière un levier d’accélération de l’inclusion financière. L’objectif, à terme, est de porter le taux de l’inclusion financière à 75% d’ici à 2023, comme le recommande une disposition de l’UEMOA. Sur ce, le gouvernement s’est doté d’une Stratégie nationale de la finance inclusive (SNFI 2019-2023) d’un montant total de 59. 116. 217. 450 FCFA et du Fonds national de la finance inclusive (FONAFI) (2019-2025) de 44. 372. 000. 000 FCFA. Au Burkina Faso, la situation de l’inclusion financière n’est pas reluisante. En témoignent ces statistiques du Secrétariat permanent pour la promotion de l’inclusion financière, 39% de la population adulte n’a pas accès à aucun service financier formel ou informel au niveau national ; 46% de la population rurale est totalement exclue, contre 20% en milieu urbain ; la population bancarisée est estimée à 18% et les femmes représentent 43% de la population qui n’a accès à aucun service financier.

132 SFD ont permis d’épargner la somme de 251,1 milliards FCFA, contre 200,34 milliards FCFA en crédit

Toutefois, les efforts engagés ont permis au  Burkina Faso de compter en 2018, 132 services financiers décentralisés (SFD), 697 points de services et 1.419.136 clients. Ces clients ont épargné la somme de 251,1 milliards FCFA et les 132 SFD ont accordé 200,34 milliards FCFA de crédit.  « L’éducation financière comme levier pour accélérer l’inclusion financière » a fait l’objet d’un Master class initié par la Chambre de Commerce en partenariat avec le club de presse consulaire. C’était les 4 et 5 décembre 2020 à Ouagadougou.  Ladite formation a été assurée par le Secrétariat permanent pour la promotion de l’inclusion financière.

La situation dans l’espace UEMOA

L’inclusion financière d’accord, mais l’éducation financière d’abord, tel pourrait se résumer la nouvelle vision des 8 pays de  l’UEMOA. Une vision qui découle de la réalité du terrain où une grande majorité de la population de ces Etats est exclue du système financier. La raison principale étant le manque d’éducation financière. Décidé par une volonté commune à changer la donne, les Etats veulent accroître à 75% la proportion de la population adulte ayant accès et utilisant des produits et services financiers abordables et adaptés à l’horizon 2023. Leur cible principale est les petites et moyennes entreprises (PME), femmes et jeunes, personnes à faible éducation financière, populations rurales. Pour atteindre cet objectif, l’UEMOA a mis en place la Stratégie régionale d’inclusion financière 2016-2020 et un Programme régional d’éducation financière. Cette institution sous-régionale a mis à contribution son bras financier qu’est la BCEAO.

L’implication de la BCEAO dans l’éducation financière a également pour objectif de mieux faire comprendre aux populations ciblées, notamment, les enfants et les jeunes en milieu scolaire, les jeunes hors de l’école, les femmes, les salariés des secteurs public et privé, les personnes âgées, les populations rurales et les petites et moyennes entreprises, les dispositions prises pour assurer leur protection contre les risques induits par l’utilisation des services financiers. A l’instar des autres pays membres de l’Union, le Burkina Faso a élaboré un Plan d’actions d’éducation financière pour la période 2021-2023. o

Ambèternifa Crépin SOMDA

 

Encadré

4. 627 personnes formées en éducation financière entre 2017 et 2019

Le Secrétariat permanent pour la promotion de l’inclusion financière a formé 4. 627 personnes en éducation financière entre 2017 et 2019 dans différentes localités. 3. 806 adultes (1 579 h/2 227 f) et 821 élèves et étudiants (425 garçons et 396 filles). En 2020, les formations ont touché 3.613 formés, dont 57% de femmes. o


Numéro d’édition: 371

Source
Date de publication : 2020-12-22 07:30:00