Digital Working Group : après Élan RDC, le FPM veut continuer le lobbying pour l’inclusion financière 

Élan RDC, avec le FPM, ont organisé, ce lundi 14 juin 2021 au Fleuve Congo Hôtel de Kinshasa, une conférence en ligne et en présentiel sur le thème “l’écosystème de paiement numérique pérenne et inclusif au sein du système national de paiement en RDC”, sous l’impulsion de la Banque Centrale du Congo (BCC). 

Cette conférence a servi de cadre pour, premièrement, rassembler les différents acteurs du secteur financier intéressés ou déjà actifs dans les paiements numériques et, deuxièmement, le passage de flambeau entre ELAN RDC et FPM.

Edwige Takassi, Consultante spécialisée en finance inclusive et responsable du secteur Accès au financement chez ELAN RDC. Ph. Droits tiers.
Edwige Takassi, consultante spécialisée en finance inclusive et responsable du secteur Accès au financement chez Elan RDC.

Dans son speech, Edwige Takassi, consultante spécialisée en finance inclusive et responsable du secteur Accès au financement chez Elan RDC, a expliqué l’objet de cette conférence.

« L’objet de cette conférence était de donner des directives sur les recommandations finales par rapport à la problématique de la finance inclusive. Dans un travail de fond réalisé par ELAN RDC pendant plusieurs années, il a été constaté que l’un des éléments qui empêche une inclusion financière accrue, c’est le manque de collaboration entre les différents acteurs. Il y a les institutions financières, les opérateurs des monnaies électroniques, les structures proposant des solutions intermédiaires, les régulateurs dont la BCC et l’ARPTC ainsi que les marchands et les consommateurs. C’est donc ce constat qui nous a permis de créer le Digital Working Group, un groupe de travail sur le numérique, pour rassembler autour d’une même table de manière régulière tous ces acteurs ».

Elle a aussi mentionné les différentes recommandations phares dégagées par les acteurs du numérique ayant pris part à ces assises. 

« La toute première recommandation est le fait de garder une concertation entre les différents acteurs du marché de manière régulière. On a retenu ça va être fait de manière régulière. Une autre recommandation importante se trouve être la question de la libéralisation des codes USSD. Les solutions de paiement doivent être inter-opérables entre-elles. On a aussi évoqué l’importance d’une grande collaboration entre les différents acteurs et de l’importance d’harmonisation des différentes taxes par rapports aux différents agrégats », a-t-elle expliqué.

La conférence de ce lundi a donc été la séance finale du Digital Working Group porté par ELAN RDC et en même temps l’occasion de donner le flambeau de ce groupe de travail au FPM pour continuer ce travail d’inclusion financière.

Sous la houlette de la Banque Centrale du Congo, des thématiques clés qui ont trait aux barrières qui empêchent la progression de l’écosystème de paiement numérique, ont été abordés au cours de cette conférence.

Ph. Droits tiers.
Jean-Claude Thetika, Directeur général du FPM.

De son côté, le Directeur général du FPM ASBL, Jean-Claude Thetika, se dit satisfait de reprendre le flambeau d’ELAN RDC et promet de continuer le lobbying pour l’inclusion financière en RDC.

« Il n’y a que moins de 15% des adultes congolais qui ont accès au service bancaire financier de manière générale. Cela représente un pourcentage extrêmement bas. Ce qui empêche le financement à plusieurs personnes physiques et morales.  A la base, il y a l’inclusion financière et l’un des accélérateurs de cette problématique, c’est le digital. Donc pour nous, c’est naturel de reprendre le flambeau d’ELAN qui a réalisé un travail remarquable. Ce groupe de travail a permis de dégager des chiffres précis. Notre mission sera de continuer ce lobbying et de perpétuer ces discussions. Nous voulons arriver à un but final qui est de rendre service à la petite et moyenne entreprise et les personnes à faible revenu », a-t-il dit. 

En reprenant le flambeau, le FPM se fixe des objectifs qui accompagnent le gouvernement à mieux maitriser les contraintes qui pèsent sur l’écosystème.

« L’objectif pour le FPM est d’agrandir davantage ce groupe pour avoir une meilleure compréhension de tout ce qui se passe sur l’écosystème. Tant que la monnaie électronique sera obligée de se convertir en cash, le secteur financier ne saura supporter cette pression. Il faut intégrer dans ce groupe la REGIDESO, la SNEL, tous les organismes des taxes pour pouvoir fédérer. Nous voulons aider le gouvernement à avoir une vision claire pour ensuite lever les contraintes qui pèsent sur ce secteur », a ajouté le DG Jean-Claude Thetika.   

Pour le représentant de la BCC à cette conférence, le directeur Kalubi, directeur à la direction des intermédiations et paiements mobiles qui a parlé au nom du Directeur général de la BCC en charge de la politique monétaire et bancaire, ces travaux arrivent à point nommé, en cette période de la pandémie du COVID-19, où les paiements en cash, de mains à mains, sont à éviter car susceptibles de favoriser la transmission du virus par le billet de banque mais aussi par le contact physique. 

« (…) la digitalisation des paiements est à encourager, voire à prioriser en cette période de la pandémie. En tant que régulateur, la Banque Centrale du Congo a le devoir légal d’encourager la promotion des systèmes et instruments de paiement en RDC tout en veillant à la sécurité de l’écosystème de paiement national dans l’objectif de protéger les consommateurs et de garantir la stabilité financière du pays”, a soutenu le Directeur Kalubi.

Ce haut cadre de l’Institut d’émission a indiqué que pour soutenir le développement de la finance digitale dans notre pays, la BCC, avec l’appui de la Banque Mondiale et du Gouvernement de la République, s’est dotée d’un système Automatisé de paiement “ATS”, d’un Dépositaire Centrale des Titres et d’un Switch Monétique National dénommé « réseau MOSOLO ». Cette dernière infrastructure de paiement permet d’exécuter des transactions sur plusieurs points d’accès fiables, disponibles et alignés sur les besoins de paiement des utilisateurs.

Ph. Droits tiers.

Pour rappel, le FPM soutient les micros, petites et moyennes entreprises (MPME) en favorisant la construction et le développement d’un système financier inclusif et responsable. Le FPM offre des services d’assistance technique et de refinancement adaptés aux institutions financières en RD Congo qui servent les MPME et les populations actives à faibles revenus qui présentent un réel potentiel de développement.

ÉLAN RDC est un projet de développement des systèmes de marchés financé par FCDO (UKAID) et mis en œuvre par Adam Smith International. Il attaque à la racine, les causes de défaillance du marché et les obstacles à la croissance inclusive.

 
Jordan MAYENIKINI

Source
Date de publication : 2021-06-17 10:37:42