Cameroun: la microfinance Camcull provoque la panique à Kribi

La structure appelée Caisse populaire coopérative des ouvriers d’Hévécam a fermé ses portes pendant 72 heures. Les fonctionnaires répondent aux abonnés absents alors que des milliers d’épargnants se débattent.

La réponse du gouvernement est toujours attendue. C’est un autre problème qui perturbe la tranquillité légendaire de la ville côtière de Kribi. Le bouche à oreille se propage par le bouche à oreille, le sujet alimente toutes les conversations en chalets et sur les réseaux sociaux. Dans un lieu appelé Carrefour Kingue, les bureaux de microfinance au dernier étage d’un immeuble renseignent sur la situation qui prévaut. Pas l’ombre d’un employé ici depuis lundi. Les responsables ne donnent pas de nouvelles, « leurs téléphones ont cessé de fonctionner », a déclaré une source. Sur place, entre le couloir et l’escalier menant au premier étage, le défilé des épargnants se poursuit inexorablement, si et quand on les avertit. L. Mabah est l’un des milliers de déposants quotidiens affiliés à la microfinance. Elle a couru ici, dans l’espoir d’obtenir plus d’informations, après un bref appel téléphonique avec la collecte de fonds. « Je ne sais vraiment pas ce qui se passe », a-t-elle dit avant de continuer, « j’ai essayé de contacter quiconque se promenait dans mon magasin (collecte de fonds). Elle m’a dit clairement que c’était tous ces jours Et vendredi dernier, on leur a demandé de ne pas travailler le samedi. Ils ont dû passer le lundi pour une séance de travail. Malheureusement, tout était fermé le lundi. « 

Comme L. Mabah, d’autres clients attendent désespérément depuis lundi des nouvelles rassurantes sur le sort de leurs économies. Parmi eux, des associations qui avaient établi leur comptabilité ici. L’une des victimes a témoigné avec les mots suivants: «Je ne sais pas ce que nous allons faire ensuite. Notre association a son compte dans cette microfinance depuis 3 ans. Je ne sais pas si j’assumerai la responsabilité. Le portefeuille du client passe par un trou noir. Tout le monde essaie de comprendre ce qui aurait pu inciter les responsables de la microfinance à mettre la clé sous le paillasson, puis à lâcher la poudre. Pourtant, la ville balnéaire abritait l’institution financière de 2e catégorie depuis plus d’une décennie. Il est affilié à la Ligue des Caisses Populaires Coopératives du Cameroun (Camcull).

Fantôme de faillite

Pour les clients de la Caisse populaire coopérative des ouvriers d’Hévécam à Kribi, il y a peu d’espoir de retour à la normale. Le fantôme de la faillite est à la hausse. L’onde de choc a traversé le secteur de la microfinance. Les clients commencent à se presser aux guichets pour retirer leurs économies; même si on essaie de rassurer de ce côté-là. «Cela n’a rien à voir avec notre gestion. Il ne fait donc aucun doute que nos épargnants courent pour vider leurs comptes », précise le responsable d’une agence de microfinance concurrente qui est approchée. Pourtant, le cas actuel dans la ville de Kribi n’est pas un cas isolé. La microfinance de Capcol et Fiffa avait déjà abusé de la confiance de leurs épargnants en 2012. Bien avant cela, en 2006, Gbf a disparu sans prévenir. Le remboursement des fonds est toujours attendu à ce jour. Tout comme la réponse du gouvernement à cet autre enjeu d’austérité soufflé par le vent en ces temps difficiles.

Donnez votre avis et abonnez-vous pour plus d’infos

Source
Date de publication : 2021-05-27 09:22:30