Bénin: Komi Koutché donne sa lecture de la lettre de félicitation de Macron à Talon

L’ancien ministre de l’économie, des finances et des politiques de dénationalisation, en exil aux Etats-Unis, n’entend pas faire silence sur la situation politique du Bénin. Fortement soupçonné comme instigateur des violences préélectorales, il a donné de la voix, ce vendredi, sur RFI.

Le docteur en économie et ancien directeur du Fonds national de la microfinance (FNM) s’est prononcé, ce vendredi 14 Mai 2021, sur RFI. L’opposant a opiné sur plusieurs sujets de l’actualité politique du Bénin.

A Lire aussi: Bénin: un commissaire et un agent de police devant le procureur de la république ce vendredi…

A en croire l’ex-argentier national, les deux récentes lettres des États-Unis et de la France en direction du Bénin, sont un appel à une prise de conscience adressé aux autorités de Cotonou. Les deux puissances, aux dires de Komi Koutché, invitent les autorités du Bénin à œuvrer pour la préservation des acquis démocratiques au Bénin.

La lettre de félicitation du président Emmanuel Macron, perçue par certains thuriféraires du régime comme un blanc-seing, en plus des correspondances des Etats-Unis, n’ont aucun caractère injonctif, précise néanmoins l’ancien ministre des finances, qui précise que ces Etats ne sont pas dans la posture de donneur de leçon.

Selon Komi Koutché, le président français « aurait pu faire comme tout le monde et encenser Patrice Talon« , ce qu’il n’a pas fait; mais, au contraire, il lui a montré la voie de la sagesse en l’appelant à œuvrer pour la paix qui constitue un ingrédient essentiel au développement.

Originaire de Bantè, une commune qui a enregistré des violences préélectorales, Komi Koutché est un opposant au régime de la rupture.

En étude aux Etats-Unis, il y est resté comme un exilé politique, suite à un dossier de mauvaise gouvernance au Fonds national de la microfinance, une structure dans laquelle il a été le directeur général, avant d’être appelé pour des fonctions plus hautes dans le gouvernement du président Yayi Boni, où il a été ministre de la Communication, puis ministre des Finances.

Source
Date de publication : 2021-05-14 10:04:20